Les abeilles grises

Andreï Kourkov

Liana Levi

  • par (Libraire)
    22 avril 2022

    A lire !

    A. Kourkov porte ici son œil malicieux sur deux hommes bloqués dans un village de la zone grise dans le Donbass...
    Un livre qui vient percuter l'actualité de plein fouet !

    Sébastien


  • par (Libraire)
    14 avril 2022

    Un voyage poétique qui résonne avec l'actualité ...

    Pour sauver ses abeilles, un apiculteur de la zone grise (zone de guerre entre l'armée ukrainienne et les séparatistes prorusses) décide de quitter son quotidien rythmé par les bombardements pour traverser l'Ukraine à la recherche d’un climat plus clément !
    A travers le regard de Sergueï, c'est tout un paysage politique qui s'ouvre à nous. Un roman poétique et sensible, lequel publié en février 2022 voulait croire encore à un retour à la paix.


  • par (Libraire)
    25 mars 2022

    Ni noir, ni blanc : gris...

    Les abeilles grises est un roman ni noir, ni blanc : gris. 2 hommes survivent dans la zone grise, un no man's land, entre séparatistes du Donbass et nationalistes ukrainiens de l'autre. Balles et bombes passent au-dessus de leur tête, parfois ça tombe près d'eux. L'un d'eux a des sympathies pour les pro-russes et gravitent des hommes louches autour de lui. L'autre est apiculteur et ses sympathies vont à l'Ukraine bien qu'étant russophone. Le printemps venu, il décide de partir à la recherche de cieux plus clément pour ses abeilles. Mais ni en Ukraine, ni en Crimée, il ne trouvera son bonheur. Son origine du Donbass lui vaudra l'ire d'un nationaliste en Ukraine et en Crimée, l'omniprésence du FSB lui rappellera un peu trop celle de l'Union Soviétique et du KGB. De là à retourner en zone grise, il y a de la route.
    Remarque : quand on traduit un livre comme celui-ci, peut-être qu'il serait bon d'insérer quelques notes de traduction surtout au début du livre qui rendraient certains passages plus compréhensibles aux personnes peu familières du monde slave.


  • par (Libraire)
    23 mars 2022

    Coup de cœur d'Amelie

    Sergueïtch vit seul, ou presque, dans la "zone grise" : territoire abandonné, coincé entre l'Ukraine indépendante et les zones prises par les séparatistes. Les combats se poursuivent depuis plusieurs années autour du village de Sergueïtch, mais la vie suit son cours. Il faut trouver à manger et de quoi se chauffer, tromper l'ennui, mais surtout Sergueïtch doit prendre soin de ses abeilles. L'été arrivant il quitte la zone grise...
    A travers l'histoire de Sergueïtch, Kourkov nous raconte avec brio ce terrain de l'absurde, dans une Ukraine d'avant la guerre. Où déjà la présence des Russes pesait terriblement.
    Un roman fort, remarquable et intelligent.

    Librairie La promesse de l'aube


  • par (Libraire)
    16 mars 2022

    Un roman tout à la fois tendre et surprenant au coeur de la guerre au Donbass.. Ca canarde dans tous les sens, mais la musicalité toute poétique qui s'installe au fil des pages fait résonner l'humanité de "notre apiculteur".
    Humour face au chaos.
    Un délice!!!


  • par (Libraire)
    11 mars 2022

    On a coutume de dire que la réalité dépasse la fiction mais parfois, les deux mondes se croisent et se confondent dans un espace temps suspendu qui suscite une émotion rare voire miraculeuse qu'on peine à quitter. En ces temps troublés, il est de notre devoir de parler du dernier roman d'Andreï Kourkov et nous ne sommes pas les premiers ni les derniers à en encourager la lecture.
    Sergueïtch et Pachka sont les seuls habitants d'un village abandonné dans la "zone grise" coincé entre l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes. Totalement isolés, ils veillent, malgré leurs différends, à leur survie respective. Au cœur des rigueurs de l'hiver et d'un conflit incessant qui les a privés d' électricité et a réduit leurs possibilités d'approvisionnement, ils tentent de surmonter une solitude dévorante. A l'arrivée du printemps, Sergueïtch, qui est apiculteur, décide de quitter le no man's land et d'emmener ses abeilles butiner des espaces plus cléments, un long voyage jusqu'à la Crimée qui lui réservera bien des surprises.
    Ce "Candide au Donbass" est tout simplement merveilleux, un roman plein de poésie, souvent drôle et fantaisiste, un conte extraordinaire sur la fraternité, un livre dont on sort certes ému et profondément bouleversé mais aussi grandi, meilleur on ose l'espérer. Malgré le contexte dans lequel ce roman a vu le jour, je peux vous assurer qu'il fait un bien fou, c'est une leçon d'humanité incroyable.
    A LIRE ABSOLUMENT cela va de soi.


  • par (Libraire)
    1 mars 2022

    Entre Ukrainiens et prorusses, deux hommes survivent dans leur village dont ils sont les derniers habitants. L'un d'eux, Sergueïtch, apiculteur, homme mélancolique, terriblement attachant, décide de quitter temporairement la zone afin d’offrir un autre air à ses abeilles. Le voici alors sur les routes d'une Ukraine déchirée...
    Kourkov écrit un roman au rire tendre et à la douce humanité sur des zones troublées de notre temps.
    Tant qu'il restera des abeilles ...


  • par (Libraire)
    9 février 2022

    Au coeur de l'âme russe !

    Pris entre les feux de l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses, Sergueï et Pachka se retrouvent isolés dans leur village.
    Partagé par l’impuissance et le besoin d’humanité ; Sergueï, l’apiculteur prend des risques pour sauver ses abeilles des tirs.
    Des personnages hauts en couleur et une immersion au cœur de l’âme russe ; à ne pas manquer !

    Isabelle


  • 4 février 2022

    La vie s’écoule, monotone et monochrome, dans un village déserté et enclavé entre l'armée ukrainienne et la milice pro-russe de la République Populaire du Donetsk, zone grise où ne (sur)vivent que deux irréductibles : Sergueïtch et Pachka. Frères ennemis, obligés malgré eux de s'entraider, ils sont à la merci des coupures d'électricité, de la faim, des bombes qui tonnent au loin. Alors que le conflit s’intensifie, Sergueïtch, apiculteur, décide, malgré sa nature passive, de mettre ses abeilles à l'abri et de les conduire plus à l’ouest, chargeant ses six ruches sur une vieille remorque. Commence alors un road-trip singulier qui le mènera, au gré des rencontres et des check-points, jusqu'en Crimée. Kourkov, par-delà l'histoire d'un pays déchiré, dresse le portrait touchant d'un homme bon qui malgré la guerre, la suspicion, l'oeil de Moscou omniprésent, garde en lui la rassurante simplicité de ceux qui n’ont qu’un camp, celui de la nature et de l’humanité.
    In Page des libraires Hiver 2022


  • par (Libraire)
    4 février 2022

    Le plus célèbre des écrivains russophones nous fait cadeau d'une petite pépite d'humanité.

    Il y a presque quinze ans, je devais disserter sur le traitement dramaturgique de la guerre dans une pièce de mon choix. L'esprit frondeur de l'adolescence qui s'attarde m'avait fait choisir "La Guerre de Troie n'aura pas lieu", de Jean Giraudoux. Pied de nez grossier au professeur bien-aimé, je me rappelle avoir noirci de pleines pages sur le sous-texte d'un conflit larvé, omniprésent mais abstrait. Si le hors sujet s'est révélé fatal, le plaisir de cette analyse m'était restée : sans rage ni fracas, sans bruit ni fureur, sous couvert de ne rien en dire, certaines plumes ont le pouvoir et le don d'écrire la guerre - et son entière absurdité.
    💣 Faisons un saut dans le temps, revenons à l'ultra-présent sous d'autres latitudes. Dans un petit village de la "zone grise", coincés entre l'armée gouvernementale ukrainienne et les forces séparatistes pro-Russes cohabitent deux "habitants de la guerre" qui refusent de devenir exilés. Le brave, honnête et dévoué apiculteur Sergueïtch et son ennemi d'enfance, le roublard Pachka, sont les seuls à peupler encore Mala Starogradivka déserté. Aussi différents et politiquement opposés que les hommes qui ont donné leurs noms aux deux rues qu'ils occupent (Lénine et Chevtchenko), Pachka et Sergueïtch s'inventent un quotidien loufoque et bien rythmé, dans un no man's land peuplé d'abeilles , de grenades et de tirs de snipers . C'est au printemps, au volant de sa Tchetviorka, que Sergueïtch part en quête d'un bout d'herbe plus vert pour poser ses ruches. Son regard de Candide d'un autre âge nous sert de guide dans cette #Crimée en crise, et nous révèle les dimensions d'un conflit bien plus nuancé, infiniment plus complexe qu'il n'y parait. Un roman étonnant à l'écriture joyeuse et aux lectures plurielles, où absurde et bon sens se mêlent allègrement.
    💣 Alors que l'Ukraine fait les grands t(r)i(s)tres des journaux, le plus célèbre de ses écrivains russophones nous fait cadeau d'une petite pépite d'humanité.