Roman

Gallimard

16,50
par (Libraire)
28 août 2020

Contre tous

Ils sont trois, élèves des Beaux-Arts, jeunes et pourtant déjà ringards. Leur tort ? Continuer à peindre alors que le monde de l'art ne jure que par les installations et la vidéo.Sans même s'en rendre compte, en cherchant à faire de l'art leur métier, en interrogeant encore la couleur et la matière sur une toile, comme tant d'autres avant eux, ces trois personnages deviennent des héros discrets et nouent une étrange amitié, aussi solide et impalpable que leurs convictions.    
Avec cette histoire de résistance douce, de résistance obstinée, Carole Fives écrit un roman initiatique qui navigue dans les eaux troubles de la vie à 20 ans, là où l'idéalisme furieux de l'adolescence entre en collision avec le mépris glacial des contingences adultes, là où on découvre que l'on n'a pas la même valeur selon qu'on soit un homme ou une femme, selon qu'on accepte de se plier aux vanités du moment ou qu'on leur préfère la profondeur de nos émotions.
Fin, juste, vivant, c'est un roman à l'image de son sujet : aussi exaltant que désespéré.Et puis il reste la peinture, qui peut tout, qui est tout, qui vaincra tout à la fin.

par (Libraire)
8 octobre 2020

Plus que culte

Avant les Soprano, il y a eu les Affranchis.
Avant les Affranchis, il y a eu Le Parrain.
Et bien avant tout ça, il y a eu Scarface.
Mais à y réfléchir, la toute première fois, dans l'histoire de la fiction policière, où un auteur s'est mis à raconter la vie des gangsters du point de vue des gangsters, c'était en 1929, avec "Little Caesar" de William R. Burnett. L'ascension et la chute de Cesare «Rico» Bandelli a ainsi servi de modèle à tout un pan de l'imaginaire américain.

Ce roman fondateur, qui resort aujourd'hui à la Série Noire, dans une traduction révisée, n'a rien perdu de son magnétisme et de sa froideur. C'est toujours la même mécanique implacable, servie par un style aussi efficace qu'une balle dans la nuque. Comment pourrait-il en être autrement, quand on sait que le roman a été écrit à Chicago, alors même qu'Al Capone tenait la ville d'une main de fer ?

Pour accompagner cette publication, Gallimard vous propose aussi de découvrir un livre moins connu de Burnett, Goodbye Chicago 1928. Avec ce roman publié en 1981, Burnett faisait, un an avant de mourir, un dernier voyage dans la ville corrompue et ténébreuse de sa jeunesse. Il bouclait ainsi la boucle avec panache et offrait à ses lecteurs un superbe épilogue à son oeuvre noire.