Marianne K.

Albin Michel

21,90
par (Libraire)
8 septembre 2022

Retour à Oakland

Par nos conseils, nous vous avions déjà emmenés à Oakland, avec le sublime "Ici n’est plus ici", roman choral de Tommy Orange autour de personnages amérindiens autochtones. Nous retournons ici dans la baie de San Francisco avec ce magnifique roman, paru dans la même collection, « Terres d’Amérique, et en lice pour le Booker Prize et le Prix Page America, écrit par Leila Mottley alors qu’elle n’avait que 17 ans !
Il suffit d’en lire quelques pages pour être instantanément happé par l’écriture pleine d’images de la jeune autrice, sans même parler de l’attachement que l’on ressent immédiatement pour le personnage principal, Kiara, qui fait tout pour garder la tête hors de l’eau et protéger sa famille. Entre un père décédé, une mère internée et un frère qui ne vit que pour son rêve de percer dans le rap, Kiara 17 ans, est la seule à essayer de joindre les deux bouts pour conserver l’appartement familial. Mais que faire quand on est si jeune et que le travail ne court pas les rues ? Un soir, presque sans le vouloir, Kiara se prostitue, serait-ce là la solution à ses problèmes ? Bien vite, l’engrenage de la violence se referme sur elle… Mais que doit-on réellement à ceux que l’on aime ?
Si les thématiques de ce roman sont sombres, l’écriture n’en est que plus lumineuse ! Leila Mottley nous offre un texte aussi réussi sur le fond que sur la forme, porté par la traduction de Pauline Loquin, révélant des qualités de virtuoses et une réflexion passionnante sur les violences dont sont victimes les femmes noires aux États-Unis.

Gilles Marchand

Aux forges de Vulcain

18,00
par (Libraire)
5 septembre 2022

Mais où est le soldat Joplain ?

À Paris, dans les années 1920, un ancien combattant mène des enquêtes pour retrouver les disparus de la guerre 14-18. Une nouvelle mission vient de lui être confiée : retrouver Émile Joplain. La mère du disparu est convaincue que son fils ne peut pas être mort, qu’il était bien trop jeune pour mourir à la guerre… Lancé dans l’enquête, notre ancien soldat se trouve vite obnubilé. Non seulement par la disparition de Joplain, mais aussi et surtout par l’histoire d’amour qu’il semblait vivre avec une alsacienne, et que la mère avait tenté de cacher à l’enquêteur ! Et quelle est donc cette « fille de la lune » que nombre d’anciens combattants évoquent dans leurs récits ?
Roman historique, roman d’enquête, histoire d’amour… en 200 pages Gilles Marchand nous offre une lecture vive et intense, avec une langue singulière, pleine d’humour, et un sens de l’empathie exacerbé pour ses personnages sacrifiés pour l’Histoire !

Paco Cerdà

Contre-Allée

23,50
par (Libraire)
2 septembre 2022

Un pion n'est jamais seulement un pion...

« Être le pion de quelqu’un », l’expression est consacrée ! Chacun de nous est parfois utilisé, malmené et dirigé par quelqu’un dans un but qui lui échappe. Mais un pion n’est jamais seulement un pion ! C’est ce que nous prouve Paco Cerdà dans son premier roman, traduit ici de l’espagnol par Marielle Leroy. En rejouant les 77 coups de la partie d’échecs Pomar – Fischer qui s’est déroulée à Stockholm en 1972, c’est le destin de deux joueurs utilisés par leur gouvernement respectif qu’il nous raconte. Pomar, pion du régime espagnol franquiste, est opposé à Fischer, le jeune prodige des échecs américains. Mais alors que la guerre froide fait rage, ils sont nombreux, à travers le monde, les pions sacrifiés pour les désirs de pouvoir et de puissance des plus grands !
Entremêlant l’histoire de cette partie, qui marqua les échecs, aux trajectoires de nombreux personnages oubliés de l’histoire, Paco Cerdà nous embarque dans un roman brillant, palpitant, au cœur d’une époque dont les échos résonnent particulièrement en cette année 2022.

16,50
par (Libraire)
2 septembre 2022

Une partie d'échecs en terrasse

Antoine Choplin est un maître dans l’art de l’évocation, avec sa prose à l’apparente simplicité, il nous emmène à chaque livre dans un questionnement poétique autour de la mémoire. Ses personnages sont toujours criants de sincérité, marqués par les affres de l’Histoire. Dans "Partie italienne", nous rencontrons Gaspar, un artiste réputé dont le travail, original et pluridisciplinaire, attire les regards. Alors qu’il séjourne quelque temps à Rome, il s’installe chaque jour à la terrasse d’un café, devant un jeu d’échecs, attendant qu’un passant s’installe pour jouer avec lui. Ils sont peu nombreux à pouvoir rivaliser avec lui… jusqu’à ce qu’une femme, Marya, prenne place devant lui. Elle mène ses parties de main de maître, rivalisant de connaissances et d’inventivité sur l’échiquier. Mais qui est-elle ? Quel est son lien avec ce jeu, qu’elle a appris enfant avec son père ?
Le temps de ce bref séjour "romanesque", Gaspar et Marya se trouvent liés par leur histoire, en quête d’une mémoire que l’on a voulu corrompre ! Un roman lumineux et puissant !

par (Libraire)
29 août 2022

Être "issois"

« Ailleurs on disait de nous que nous étions fous et on dit maintenant que nous sommes chauvins. Nous préférons dire que nous sommes issois. Est « issois » ce qui est obstiné, audacieux et revanchard. Est « issois » ce qui fait bomber le torse. »
Dans un XVIIIe siècle qui ne fut pas mais qui aurait bien pu être, la République d’Ys, qui repoussa maintes fois François et Anglois de ses côtes, a instauré un régime censé être égalitaire. Pourtant, sur cette île au milieu de l’Atlantique, il ne fait pas bon vivre en dehors de la cité fortifiée, qui seule protège des grandes marées d’équinoxe ! Danaé Poussin en rêve de cette cité, elle ne ménage pas ses efforts pour être « éligible » à la citoyenneté, mais rien ne sera simple pour elle. Orpheline possédant le rare don de savoir nager, elle se tirera de plus d’un mauvais pas grâce à sa ténacité, son courage et sa volonté (bref, elle est bel et bien issoise, Danaé!).
Superbe roman d’aventures maritimes, "Les marins ne savent pas nager" fait aussi la part belle aux questionnements sociétaux et politiques, tout en n’oubliant pas de dresser les portraits de personnages aux aspérités aussi marquées que les falaises de leur île !