En raison des circonstances actuelles, notre librairie est fermée et aucune expédition ne pourra être assurée pour une durée indéterminée.

sandrine57

Lectrice compulsive d'une quarantaine d'années, mère au foyer.

17 février 2020

Toujours en disgrâce, l'inspecteur Chen Cao n'est associé à l'enquête sur le tueur en série qui sévit à Shanghai qu'à titre de consultant. Il faut dire que les policiers chargés de l'affaire n'ont fait aucun progrès dans la recherche de cet assassin qui tue ses victimes au hasard et toujours au petit matin. Chen a donc été rappelé mais il n'aura guère le temps de se consacrer à l'enquête. De passage dans la ville, son mentor, le camarade Zhao, lui confie une mission de la plus haute importance. Il s'agit de la surveillance d'une influenceuse écologiste qui s'apprête à diffuser un documentaire sur la pollution qui sévit en Chine. De effet, à Pékin comme à Shanghai, les seuls à pouvoir respirer sont les nantis, bien pourvus en purificateurs d'air, quand le peuple, lui, souffoque sous un épais nuage mortifère. Pour Chen le choc est rude quand il découvre que celle qu'il doit surveiller n'est autre que la belle Shanshan avec qui il avait noué une tendre idylle lors de ses vacances au bord du lac Taï. Comme d'habitude, l'inspecteur principal va devoir ménager la chèvre et le chou, en laissant s'exprimer les écologistes sans desservir les intérêts du Parti.

Rien de nouveau sous le soleil, ou plutôt sous le ciel plombé de Shanghai. La Chine continue sa folle croissance et ne s'embarrasse pas de respect de l'écologie. Mais les temps changent et le peuple n'accepte plus béatement les diktats du Parti. Dans les hautes sphères, on truque les chiffres, on accuse les Etats-Unis de propagande anti-chinoise, mais les faits sont là, indéniables. On suffoque à Shanhai, les plus fragiles en meurent. Les activistes écologistes dénoncent les industriels et le Parti qui sacrifient la nature et la santé des chinois sur l'autel du profit et, malgré la censure, utilisent les réseaux sociaux pour lancer l'alerte. Pris entre son envie de protéger son ancienne conquête et sa loyauté au Parti, Chen louvoie mais saura tirer les marrons du feu, tout en dégustant la bonne cuisine shanghaienne et en déclamant des vers.
Encore une Xiaolong Qiu réussit un subtil mélange entre dénonciation des dérives du système chinois et évocations amoureuses des traditions et de la culture de son pays natal. Une lecture toujours savoureuse.

La prunelle de ses yeux

Desjours, Ingrid

Pocket

7,95
17 février 2020

Rentrée 2003. Victor, à 17 ans seulement, intègre Metis, une prestigieuse école qui forme l'élite de la nation, à la grande fierté de son père, Gabriel, un chef d'entreprise dont il déteste l'arrogance et l'autoritarisme. Très vite, il se rapproche de Tancrède, le mâle dominant de l'école et de sa petite amie Maya Torres.
Treize ans plus tard, en 2016, Victor est mort de la main de Maya, prise d'une crise de folie lors de laquelle elle a aussi blessé Tancrède. Celui-ci, entré en politique, est à la tête d'un parti d'extrême-droite et Gabriel souffre d'une forme psychosomatique de cécité. Quant à Maya, elle s'est réfugiée en Irlande après s'être faite passer pour morte dans un attentat à Paris. Mais Gabriel a retrouvé sa trace, prêt à tout pour se venger de celle qui a tué son fils. Quand il lui propose de lui servir de guide une quinzaine de jours contre un salaire mirobolant, la jeune femme hésite mais ne peut résister à cette proposition d'autant plus intéressante qu'elle vient de perdre son travail. Et puis Gabriel est séduisant, charmeur, et aveugle, donc inoffensif. Pourtant, au fil de leur voyage, le doute s'installe. Qui est cet homme qui semble semer des indices la renvoyant à son ancienne vie ? Prise entre le sentiment amoureux naissant qu'il lui inspire et le danger qu'elle pressent, Maya ne sait pas qu'elle est tombée dans un piège.

Un thriller psychologique certes, mais aussi un vaste fourre-tout. On y croise un plaidoyer pour le droit à la différence (bien), la dénonciation des mœurs dans les grandes écoles (bien), du suspense (bien), une histoire d'amour à l'eau de rose (nulle), des références scientifico-médicales (inutiles), des moments d'émotion (émouvants), des personnages caricaturaux (ridicules). Alors si on aime l'action et la tension et qu'on ne rechigne pas à verser quelques larmes sur une pauvre fille fragile et manipulée ou sur un sale c.. qui a paradoxalement ouvert les yeux sur le monde qui l'entoure une fois aveugle, on peut apprécier ce roman d'Ingrid Desjours. On retiendra surtout que c'est un véritable page-turner, malgré ses défauts, que le fin mot de l'histoire réserve sa part de surprises et on se souviendra, la larme à l'oeil, de Victor, un beau personnage, émouvant et courageux mais aussi de Gabriel et de son amour paternel, maladroit mais tellement sincère. Fait le job mais ne restera pas dans les annales.

Le chat dans le cercueil, roman policier

roman policier

Philippe Picquier

6,60
13 février 2020

C'est à cause d'un chat errant recueilli par Yukiko, son employée de maison, que Hariu Masayo se replonge dans un passé qu'elle avait jusqu'ici caché au plus profond d'elle-même. Une fois nourrie et lavée, la petite boule de poils d'un blanc immaculé est tout le portrait de Lala, une chatte qu'elle a connue alors que, jeune fille de 20 ans, elle débarquait à Tokyo dans l'espoir de devenir peintre. C'était en 1955 et, en échange de cours de peinture, elle s'installait chez Gorô Kawabuko pour prendre soin de Momoko, la fille de ce peintre veuf et séduisant. Alors qu'elle s'occupait des courses et du ménage, la petite fille lui restait inaccessible, toujours accompagnée de sa chatte Lala qui était pour elle comme une mère de substitution. Mais à force de persévérance et en passant par Lala, Hariu avait réussi à se lier avec l'enfant et l'harmonie régnait dans la maison, jusqu'au jour où Gorô leur avait présenté Chinatsu, une femme éblouissante, distinguée, sensuelle, intelligente. Une femme parée de toutes les qualités, désireuse de se faire accepter par Momoko et de prendre la place de Lala auprès d'elle. Car Chinatsu avait un gros défaut : son aversion pour les félins.

Une maison, deux femmes, un homme, une enfant, un chat et un secret. Et bien sûr un drame que l'on pressent sous les sourires et les non-dits. Avec une grande maîtrise et, Japon oblige, beaucoup de délicatesse et de subtilité, Mariko Koike nous enferme dans ce huis-clos psychologique qui tient en haleine malgré sa lenteur apparente. L'histoire-confession d'Hariu, trente ans après les faits, est à la fois émouvante et glaçante. Car si l'amour est bien là entre les personnages, il y a aussi de la folie et l'ombre de la mort. Des sentiments exacerbés mais toujours sous contrôle. La légèreté de l'après-guerre, des airs de jazz, une fête perpétuelle, un homme séduisant, une femme envoûtante et à l'opposé une enfant étrange et solitaire, une jeune fille qui se croit amoureuse et la chatte, telle une déesse protectrice, témoin des émotions dans lesquelles se débattent les humains, victime de leur folie.
Un roman d'une grande finesse, à l'ambiance particulière où se mêlent tendresse et cruauté. Une lecture intense au dénouement surprenant.

Tome 2, Quartier lointain
12 février 2020

Le temps passe et Hiroshi continue de revivre l'été de ses 14 ans. Et même s'il profite avec plaisir des moments partagés en famille et de sa complicité avec son amie Tomoko, il voit avec anxiété arriver le jour où son père a disparu. Pourra-t-il cette fois empêcher ce drame qui a détruit sa famille et dont il souffre encore malgré ses 48 ans ?

Plus centré sur la famille, ce second volet voit un Hiroshi s'intéresser davantage à ses parents, leur rencontre, leur couple, leur amour, leur vie. C'est auprès de sa grand-mère qu'il apprend à mieux les connaître et à comprendre ce père disparu. Avec l'expérience de ses 48 ans, mais aussi la candeur de ses 14 ans, il va essayer d'empêcher son départ mais aussi réaliser qu'on ne peut changer le passé et comprendre les motivations de son père. Chacun doit suivre son destin et même si parfois on est dévié de sa route, on finit par retrouver son chemin. Hiroshi saura-t-il se servir de cette nouvelle compréhension pour, à défaut du passé, transformer son présent et son avenir ?
Ce deuxième tome clôt en beauté ce roman graphique tendre, nostalgique et riche en émotions. La beauté des dessins s'accorde à merveille avec le propos. C'est un voyage dans le temps pour le héros et un voyage au Japon pour le lecteur qui découvre les paysages urbains et ruraux de ce magnifique pays. A découvrir absolument que l'on aime la BD ou non, on ne peut qu'être conquis par le travail de Jirô Taniguchi.

Taches rousses
21,90
12 février 2020

Bien loin de l'ennui de Muskogee, Oklahoma, Beck Westbrook s'est fait une place sous le soleil de Los Angeles. Prête à tout pour devenir actrice, elle a pris un raccourci en s'introduisant dans la vie et dans le lit d'un agent qui l'a introduite dans le milieu et lui trouve de temps en temps des petits rôles. Il est vieux, il est flasque, elle ne l'aime pas mais il est aussi riche et connaît du beau monde. Pourtant si Beck court les castings, ce n'est pas par vocation. C'est pour accomplir le rêve de sa petite sœur Leah qui rêvait de cinéma, de théâtre et d'Hollywood. Liées par un amour fusionnel, solidaires face à un père violent et une mère démissionnaire, les deux sœurs partageaient leurs rires, leurs larmes, leurs jeux parfois cruels, jusqu'au jour où Leah a disparu sans laisser de traces. Pour honorer sa mémoire, Beck vit sa vie par procuration, profite des paillettes d'un milieu qu'elle exècre. Elle sait bien que sous les sunlights se tapissent le vice, l'hypocrisie, la mort. C'est d'ailleurs la mort qu'elle voit dans les yeux d'un homme qu'elle croise trop souvent pour que le hasard soit la seule explication. Et c'est encore la mort qu'elle trouve à sa porte quand le corps d'une jeune femme est découvert devant chez elle, dans un container à poubelles. Un tueur sévit en ville et ses crimes la visent. Est-ce cet homme mystérieux ? Quand elle se met en chasse, elle découvre Wes, un peintre à succès qui peint la mort comme personne. Il est riche, adulé et anonyme. Parmi la foule qui se presse à ses expositions, personne ne connaît ni son nom, ni son visage. Cet homme torturé, écorché vif, est-il le tueur ?

Ces taches rousses, ce sont les taches de rousseur qui constellent le visage de Beck et qu'elle s'échine à faire disparaître sous des couches de fond de teint. Pourquoi une haine aussi farouche ? Parce que sa sœur Leah avait une peau d'albâtre ? Parce que ces taches la renvoie à une enfance loin d'être heureuse ? Beck joue le rôle de l'aspirante actrice, petite amie d'un riche agent hollywoodien. Si elle évolue dans le luxe, elle n'en oublie pas moins d'où elle vient, de cette Amérique profonde où l'on meurt d'ennui. Et c'est dans les bas-fonds de Los Angeles qu'elle nous entraîne, pour nous montrer la face obscure de la ville. Pas loin d'elle, rôde un autre personnage retors, Wes le peintre brillant dont l'art s'épanouit dans la mort, la torture, les ténèbres. Riche mais pas heureux, Wes flirte avec l'idée de mourir et avale des médicaments pour oublier que pour réussir, il a vendu son âme au diable.
Avec ce premier roman, Morgane Montoriol ne fait pas dans la dentelle. L'ambiance est glauque, les personnages torturés et le style percutant. Du sang, du sperme, de la salive et une surenchère dans la vulgarité, même si ce n'est pas vraiment dérangeant puisque cela sert une histoire un brin underground. Là où le bât blesse, c'est plutôt dans les tics d'écriture de l'auteure, sa manie, par exemple de décrire minutieusement les tenues de ses personnages et les endroits dans lesquels ils évoluent. Et quand on sait que Beck sort beaucoup, donc se change souvent, on sature vite. De plus, ses descriptions manquent de naturel, trop précises, trop renseignées. A-t-on vraiment besoin de connaître la couleur exacte de la moquette de chaque pièce. D'ailleurs, à propose de couleurs...Il y en a au moins deux cents dans les trois cent soixante-six pages que compte le roman. On navigue entre le bleu, lavande ou outremer, le rouge vermillon, le jaune vivide, le crème, le beige, le noir, le violet, le vert, etc. Stop ! On n'est pas dans le catalogue Ripolin !
Malgré ces petites imperfections, Morgane Montoriol a un potentiel indéniable. En réfrénant ses ardeurs, elle affinera son style et pourra s'aligner avec les auteurs de thrillers reconnus. Car son roman se dévore et ce n'est que dans les toutes dernières pages que tous les mystères se révèlent. Surprenant et prometteur.