Agnès L.

par (Libraire)
11 septembre 2012

Lilly et les tourments de la vie

Sur un ton vif et enjoué Sébastian Barry ,à travers des personnages féminins attachants pose dans ce nouveau roman un regard acéré sur l'histoire de l'immigration dans le Nouveau monde tout en nous éclairant sur la société américaine de ce XX siècle traversée par des injustices raciales et sociales. Son personnage principale Lilly Bere est au départ une jeune fille irlandaise, gaie et sans histoire.

Mais son existence, boulversée du jour au lendemain, la menera bien loin de chez dans le Nouveau Monde où elle devra puisée tout au fond d'elle même tout au long de sa vie une énergie salvatrice pour surmonter bien des deuils et des drames.Ecrit sous la forme d'une longue confession, Sebastian Barry nous offre la vie d'une femme pleine de rebondissement, la voix d'une femme brisée mais lucide. Roman émouvant

par (Libraire)
11 septembre 2012

L'Afrique comme matière littéraire

Dans cette autobiographie, Maryse Condé témoigne avec lucidité et sincérité de sa vie de jeune fille et de mère, malmenée par la misère et les hommes. Jeune fille mère, Maryse Condé doit renoncer à des études de lettres prometteuses. Elevant seule son fils dans un Paris où la bonne société et sa famile la rejette, elle épouse plus par confort que par amour Condé, jeune comédien guinéen. Personnage complexe, doté d'une gouaille efficace, Condé ne sera jamais le mari idéal qu'elle espérait. Ensemble, il s'envolent pour l'Afrique. La découverte de l'Afrique pour Maryse Condé ne sera pas sans déception.

Amoureuse des poètes de la Négritude dont elle partage l'amour des mots et les convictions politiques, elle constate rapidement et avec amertume comment les nouveaux dirigeants africains détournent les valeurs marxistes des Indépendances pour assoir leur pouvoir personnel. Maryse Condé découvre également le large fossé qui sépare Antillais et Africains. Son intégration fut longue, tout chez Maryse Condé l'éloigne de ses voisins, son union malheureuse, son allure, sa coupe de cheveux et surtout la langue. Fidèle au français, elle ne parlera ou très peu de langues africaines. Mère aimante, c'est dans ce tulmulte africain qu'elle se forge une personnalité. Au grès de ses tourments, elle mûrie, elle prend confiance en elle et se découvre une passion : l'écriture. Sa vocation et née. Ainsi, l'Afrique si complexe pour Maryse Condé sera paradoxalement sa planche de salut.

par (Libraire)
11 septembre 2012

Un voyage sans retour

Laurent Gaudé nous livre dans ce nouvel opus une version très personnelle des derniers jours d'Alexandre. Tel un tragédien, il relate avec ferveur la longue agonie de l'Empereur. Dans une constellation de personnages, Laurent Gaudé nous invite dans l'intimité du palais, où plongé dans le noir et le silence, Alexandre lutte avec obstination contre une fièvre persistante.

A travers le son de son agonie, et la voix de quelques proches tel Drypteis, veuve d'Héphaiston (son plus proche compagnon) et celle d'Ericlop, vieux compagnon d'arme porteur d'un message du roi Dhana-Nanada, il nous fait entendre la peur qui ronde, l'impatience de ses soldats, le frémissement des peuples. Le temps est comme suspendu et quand la mort survient, elle ne laisse pas seulement un vide, elle déclenche le chaos. Chacun veut sa part et plus encore. L'Empire si puissant s'effrondre. Le chaos est tel qu'il s'invite dans la longue procession qui ramène le corps d'Alexandre à Olympias. Posséder sa dépouille devient un enjeu politique. Les luttes s'engagent et le voyage d'Alexandre vers l'éternité ne fait que commencer. Un beau roman, sensible captivant.