Librairie Athenaeum Beaune -.

http://www.athenaeum.com/

Créé en 1989, face aux Hospices de Beaune, au coeur de la ville, l'Athenaeum de la Vigne et du Vin est un espace pluriculturel de 1 200 m2 dédié au vin et à la gastronomie. Site unique, c'est une des plus grandes librairies de Bourgogne et la référence absolue pour tous les amateurs de vins. Livres, cartes des vignobles, objets au service du vin, grands vins de Bourgogne: c'est le carrefour des passions entre caves et arts de la table, entre humour et humeurs...

Légendes historiques et stars actuelles

Patrice de Moncan , Debra Finerman

Le Mecene

45,00
19 octobre 2021

Après la version brochée parue l'an dernier, saluée par la presse spécialisée comme par la presse grand public, voici la version « beau livre » de « Leurs vins péréférés » qui raconte, de manière très illustrée et en couleurs, ce que buvaient les Légendes Historiques, et ce que boivent les Stars Actuelles ? Plus de 160 personnalités parmi lesquelles : Victor Hugo, Brad Pitt, Cléopâtre, Catherine Deneuve, George Washington, Napoléon I er, Marylin Monroe, Marie-Antoinette, Buzz Aldrin, Johnny Halliday, etc.

24,00
18 octobre 2021

Conseillé par Anne-Céline

Levons un toast à Elizabeth Jane Howard pour son talent et sa manière de faire grandir et vieillir les membres de la famille Cazalet! Dans ce quatrième tome, la fin de la guerre va permettre à la famille de retrouver Londres. Les enfants sont devenus adultes et partagent à présent les questions de couple, de leur avenir professionnel... comme jadis leurs parents! Et c’est avec plaisir que nous retrouvons chaque personnage et la finesse psychologique d’Elizabeth Jane Howard! Comme on dit en Angleterre: enjoy!🥂🇬🇧♥️

24,95
18 octobre 2021

Conseillé par Anne-Céline

Ouvrez vos placards, votre frigo, votre congélo et vos flacons à épice... le nouveau Ottolenghi est arrivé!🤩🥳😋🥬🥦🍠🌶🍆🥭🍋

18 octobre 2021

Conseillé par Marie-Blanche

« Que deviennent les histoires quand il n'y a personne pour les raconter ? » demandait Jim Harrison. Mathieu Palain nous transmet celle de Toumany Coulibaly le sprinter cambrioleur. Un ouvrage fruit d'une véritable rencontre entre le journaliste-écrivain et l’athlète. Palain a provoqué cet échange, Coulibaly l'a accepté d'une façon entière, bouleversante; se privant du droit de visite d'autres membres de son entourage. Tous deux ont le même âge, ont grandi dans la même banlieue.
Palain s'est rêvé footballeur professionnel et n'en avait, dit-il, pas l'étoffe; quand Coulibaly était de celle des héros du stade mais s'est brulé les ailes étant de son propre aveu bien au-delà de la simple kleptomanie. Entre ces deux êtres le courant passe bien, ils ont le même langage. Le livre relève de la littérature du réel, du livre enquête et décrit une belle relation, un authentique partage. Palain ne survole pas le parcours du sportif, n'effleure pas ses fêlures, ne le juge pas, sans verser dans l'angélisme ou la complaisance. Il sait nous décrire ce 400m ingrat, nous le faire éprouver. Toumany Coulibaly a choisi une discipline sportive ascétique, redoutable où l'effort va de soi et où la souffrance extrême est au rendez-vous. Et cependant il y a cet élan irrépressible qui l'habite et le pousse à la fauche et aux embrouilles. Nous suivons Mathieu Palain se rendant au parloir de la prison de Réau maintes fois. Au-delà, se dessine une lecture de l'univers carcéral, des détenus qui ne sortent plus de cellule et qui n'aimeraient rien faire s'ils étaient dehors lorsqu'on leur demande, des êtres qui n'ont plus d'envies ; sauf l'un qui aimerait juste revoir la mer.
Et là se profile le portrait de Palain qui ne saurait raconter Coulibaly sans se raconter aussi et l'on comprend que l'enfermement est la grande affaire de la vie de l'auteur (on songe à C. Lanzmann et à la peine capitale).
"Ne t'arrête pas de courir " est un livre posé et incandescent ! Palain cite Bukowski pour qui un taulard était un perdant qui aura tout essayé. Toumany Coulibaly à lire votre histoire, on vous souhaite avec chaleur et respect tout le meilleur. Marie-Blanche

6 octobre 2021

Conseillé par Marie-Blanche

En cette rentrée souvent placée sous le signe du père, J.B. Del Amo nous propose "Le fils de l'homme".
Fils de l'homme et non ... fils du père.
Ce qu'interroge l'auteur est bien l'humanité, la nature humaine et la nature tout court.
Quand "Règne animal" s'achevait par la fuite du verrat renouant avec l'innocence originelle, " Le fils de l''homme" s'ouvre sur la vie des premiers hommes ... paradis perdu ... paradis fantasmé ... paradis impossible ...
Un paradis recherché au fil d'un livre incandescent par Del Amo et ses personnages.
De père il est cependant bien sûr question.
Un père qui réapparait.Taiseux, insaisissable et d'autant plus imprévisible que capable de mots et pas des moindres.Un père doté de profondeur et de subtilité qui fut jeune; idéaliste, sauvage, prompt à la bagarre, charismatique dans sa bande qu'il aimantait, fédérait; un père communautaire... Mais un père fils de ...et poursuivi par ce qu'il a emporté avec lui le jour où il a fui les Roches où il vivait avec son géniteur et qui ne cesse de l'y ramener.Un père qui arrachera son fils et sa compagne enceinte d'un autre de la ville pour s'installer sur cette terre hostile, s'y enterrer.Un père qui n'est pas une brute épaisse caricaturale plutôt un animal blessé qui comme une bête de somme va retourner un lopin caillouteux et s'entêter dans le pire .
Chez Del Amo le lieu,somptueusement transmis, fait plus que décrire, il écrit, scelle toujours quelque chose; la forêt entourant les Roches va se refermer derrière les personnages
Le romancier excelle dans la peinture des rapports humains sensibles, sensuels, violents, terribles; des liens familiaux distendus. Comme lorsqu'il nous montre le père et le fils marchant d'un pas lent, désaccordé, étrangers l'un à l'autre dans une indifférence réciproque dans une fête foraine fantomatique. Ou la mère souvent plongée dans la lente et réconfortante lecture de romans de gare et dans le tarot divinatoire, cette mère si peu portée par la sienne avec qui elle ne voulait surtout pas partager la même insatisfaction, qui embrasse la tempe chaude de l'enfant aussi parfumée qu'un ventre de chat, enfant qu'elle couve trop aux yeux du père. Del Amo sait dire l'empêchement, la gêne qui président aux manifestations de sentiments entre hommes; leur fraternité virile, gaillarde trop allègre pour être sincère; l'orgueil de ceux qui portent une arme.
Son livre à la force du grand classique, de la tragédie antique pour exprimer une malédiction contagieuse et << cet atavisme qui rejette les humains vers l'ornière d'origine immanquablement >> ( selon la formule de Le Clézio).
Hommes, bêtes et nature y sont pris au piège d'un cercle infernal, infini, comme le verrat lié à jamais au règne humain...
Puissant !!!