En raison des circonstances actuelles, notre librairie est fermée et aucune expédition ne pourra être assurée pour une durée indéterminée.

Elizabeth P.

Les Contours de la mélancolie
11 mars 2020

Contours de la mélancolie ?
Contours de la dépression ?
Contours de la névrose ?
Contours de la descente aux enfers ?
Oui, parce qu’il s’agit bien plus que de mélancolie.
Pauvre Eléna !
Comment ne pas l’aimer ?
Tout s’acharne contre elle.
Elle-même s’acharne contre elle.
Heureusement qu’il y a Théo et son amour toujours présent bien qu’il soit parti.
Heureusement qu’il y a sa sœur, pas toujours commode mais toujours présente.

J’ai eu un peu peur au début.
Peur d’être tombée sur un livre un peu mièvre.
Mais que non ! C’est un très beau roman.
Bien écrit, profond.
Un style parlé, vivant.
C’est une belle réussite que ce premier roman.
Léa Herbreteau a du talent.
Elle a un don d’’analyse, d’observation.
Elle mène bien son histoire, maîtrise bien ses personnages.
Le harcèlement est parfaitement étudié.
Sur un sujet qui aurait pu être noir, elle délivre un message d’optimisme.
J’ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture inattendue.

Toutes les histoires d'amour du monde
25 février 2020

Trois carnets retrouvés dans un grenier à la mort de Moïse vont changer la vie de son fils et de son petit-fils.
Trois carnets dans lesquels, chaque 3 avril, depuis 1960 et jusqu’à 2004, Moïse écrit à une certaine Anne-Lise.
Mais qui est cette Anne-Lise ?
Pourquoi Moïse n’en a t-il jamais parlé ?
Après avoir vainement cherché, son fils se confie enfin à son propre fils et lui demande de continuer à chercher.
C’est un roman émouvant.
L’idée et la construction sont originales
Pourtant, pas d’effusions dans ces lettres annuelles. Un récit qui paraît presque détaché mais où perce tellement d’amour.
Parce que c’est bien d’amour qu’il s’agit.
D’amour sous toutes ses formes : familial, passionnel, du prochain…..
Et l’accent est mis sur la difficulté de communication entre père et fils.
Pudeur et incapacité à se montrer et encore plus à se dire qu’on s’aime.
Une question me reste : est-ce autobiographique ou non ?

La Femme qui fuit
18 février 2020

Suzanne Meloche est née en 1926 au Canada.
Elle a abandonné sa fille de trois ans.
Des années plus tard, sa petite-fille, Anaïs Barbeau-Lavalette retrace sa vie.
C’est une femme extravagante et libre.
Avant-gardiste, elle participe au Québec au mouvement automatiste.
Elle écrit des poèmes.
Elle peint des toiles dont une est exposée au musée d’art contemporain de Québec.
Anaïs s’adresse directement à sa grand-mère.
Pendant une bonne partie du livre, j’ai été gênée par l’emploi du « tu ».
Et puis, une fois l’idée admise et l’habitude prise, je me suis vraiment prise d’intérêt pour cette femme et son tempérament exceptionnel.
Gagnée aussi par l’émotion, non pas pour Suzanne qui a vécu sa vie très égoïstement, mais pour sa fille et sa petite-fille chez qui l’abandon de Suzanne a laissé de fortes séquelles.

La femme révélée
18 février 2020

De Chicago à Paris, Eliza devient Violet pour échapper à un mari fortuné mais sans scrupule dont elle craint qu’il ne veuille la faire tuer.
Son drame ; elle a laissé son enfant
Sa survie : son appareil photo.
Quelle merveilleuse conteuse que Gaëlle Nohant !
379 pages de pur bonheur.
L’histoire de cette femme est subjuguante.
Les tournures de phrases sont un délice.
Chaque mot est bien choisi, bien à sa place. Il n’y en a pas un de trop.
Ils sont rares les livres aussi aboutis, aussi parfaits.
Intelligence, sensibilité, documentation riche….. que de bons ingrédients au service de ce superbe roman.
Contrairement à certains livres qu’on a hâte de terminer, je ralentissais la lecture de celui-ci pour en garder encore un peu pour le lendemain.

Aires
24,00
22 janvier 2020

Encore une fois je suis éblouie par le talent de Marcus Malte. Autant que dans « Le garçon », bien que le genre soit ici totalement différent.
« Plusieurs histoires, en fait. Mais qui n’en font qu’une. Parce que c’est le principe même de la vie, sa trame : des destins qui s’enchevêtrent. Et c’est quelque chose que je trouve fascinant. Toutes ces trajectoires parallèles qui finissent par se croiser »
Cet extrait résume parfaitement le roman. J’ai l’impression d’avoir lu plusieurs livres, d’avoir croisé plusieurs vies.
Tout se passe sur l’A10, une autoroute où circulent des gens dont les destinées de certains vont se croiser. Au gré des personnages, d’innombrables sujets sont traités.
L’auteur tourne en dérision les excès de notre société. Il dénonce des faits divers de l’actualité. Il ya de anecdotes, des drames.
On y trouve des sentiments, de l’amour, de la passion, de l’addiction. De la fougue et du désespoir.
Tout est entrecoupé de spots publicitaires, de flashs radio, de chansons selon les stations écoutées par les automobilistes.

Il est beaucoup question de société et de politique. C’est un livre jubilatoire et puissant. Le style, le vocabulaire, l’originalité, tout est délice. L’humour côtoie la profondeur. Sûr qu’après cette lecture, on ne parcourra plus les autoroutes sans y penser. Un livre pour lequel on souhaiterait avoir plus d’insomnies pour ne pas avoir à le refermer avant de l’avoir terminé.