Grégoire C.

http://www.librairie-obliques.fr/

A la tête de la belle librairie Obliques depuis 2011.

par (Libraire)
18 mai 2022

Chef d'oeuvre discret

"C'est pendant l'été 1968 que je tombai amoureux et que mon père se noya."
Voilà commence ce chef d'œuvre discret de la littérature américaine.
En tout juste 150 pages, Charles Simmons fait éclater une petite bombe d'émotion avec ce roman paru en 1996 mais qui continue à bouleverser lecteurs et lectrices. Sa réédition en poche, aux éditions Libretto, nous permet de remettre en avant ce récit magnétique, ce conte initiatique, cette tranche de vie, cruelle et nébuleuse, comme l'adolescence.

par (Libraire)
11 janvier 2022

Dans la couleur

Vous voici dans le Paris du XVe siècle, au cœur d'un atelier d'enluminure, où les pigments broyés deviennent des couleurs éclatantes grâce au talent d'artistes méconnus. C'est là que la toute jeune Marguerite grandit, dans l'ombre de son grand-père, maître enlumineur, et peintre virtuose.

A une époque où l'imprimerie fait ses premiers pas et où des copistes confectionnent encore des exemplaires uniques, personnalisés pour les clients, Marguerite écrit son propre livre, le livre de sa vie, son livre des heures, et c'est au travers de cette chronique intime que nous la découvrons, avec ses passions, son anticonformisme, sa poésie et son génie artistique.

Anne Delaflotte Medehvi nous offre une magnifique parenthèse historique et bibliophile avec ce nouveau roman porté, en état de grâce, par le personnage solaire de Marguerite, une jeune femme qui aime beaucoup plus la compagnie des couleurs que celle des hommes.

L'invention des livres dans l'antiquité

Belles Lettres

23,50
par (Libraire)
19 novembre 2021

Pas mieux

Saviez-vous que l'alphabet grec était l'œuvre d'une seule personne ? Qu'un habitant de Pompéi a essayé de sauver sa bibliothèque alors qu'il pleuvait de la lave sur la ville ? Que 1500 ans avant Homère, la princesse mésopotamienne Enheduanna avait écrit une suite poétique, faisant d'elle la première autrice de l'histoire de l'humanité, tous genres confondus ?

Irene Vallejo a tout mis dans son livre, toute sa passion, toute son émotion, tout son savoir, tant il lui tenait à cœur de nous faire comprendre à quel point l'histoire de l'humanité s'est jouée, sur les plages de la Méditerranée, il y a plus de vingt siècles, quand sont nés l'alphabet, la littérature et les livres.

L'infini dans un roseau est la somme de cette recherche, écrite comme un roman d'aventures, fourmillant d'anecdotes de faits méconnus, un voyage fantastique qui vous transportera au cœur de l'Antiquité, dans les alcôves de la grande bibliothèque d'Alexandrie et jusqu'aux ruelles de Rome, en passant régulièrement par le XXe siècle, pour plonger, par exemple, dans les souterrains de la bibliothèque d'Oxford, qui s'enrichissent de 3 kilomètres de nouveaux rayonnages par an.

C'est un livre pour tous les amoureux des livres, un livre qui vous démontrera qu'en deux millénaires, on n'a toujours pas inventé mieux !

20,00
par (Libraire)
10 septembre 2021

Roman de filles

C'est l'histoire de deux copines au tournant de leur existence. Sauf qu'elles ne le savent pas encore. Dans la vie, il n'y a pas de panneau clignotant pour vous avertir que tout va changer si vous acceptez de suivre votre amie entre l'Allemagne et la Suisse dans une Golf antédiluvienne qui tombe en morceaux.

C'est l'histoire de deux copines, et c'est l'histoire de leurs pères. Des pères trop encombrants, ou pas assez, des pères qui ne disent rien, des pères qui parlent trop et bien sûr, les pires, des pères qui partent sans se retourner.
Dans ce livre, il y a aussi une infirmière dévouée, des villageois italiens remontés, des Aperol Spritz en terrasse et pas mal de larmes. Des larmes de rire, des larmes d'émotion, laissées sur les routes d'Europe au cours de ce périple enchanté.

On ne va pas vous gâcher la surprise en révélant les rebondissements de cette histoire d'amitié et d'amour filial. Ce qu'on peut dire, c'est que chacun ou chacune se retrouvera dans les portraits plus vrais que nature de Betty et Martha, brossés par l'Allemande Lucy Fricke.

C'est un roman dans lequel on se sent bien, qui nous fait souvent rire, comme si nous étions assis à la même table de café que ces deux quarantenaires désabusées et attachantes. Thelma et Louise ? Non, répond Martha. "Thelma et Louise, elles étaient jeunes, sexy et opprimées. Regarde-nous, on n'est même pas opprimées."

C'est un livre de douce aventure, de petites vacances, qui parle de ces moments qu'on vole à la marche du quotidien et qui sont souvent plus importants que tout le reste.

Lucy Fricke a l'art de la réplique, l'œil de la psychologue, et elle nous livre ici un roman irrésistible que vous aurez envie de partager avec vos copines, vos mères et même vos pères.

Inculte-Dernière Marge

19,90
par (Libraire)
25 août 2021

Sous les sunlights des tropiques

La littérature a eu son lot de losers magnifiques à l'humour mordant, de quadras désabusés, de pères et maris paumés dans les affres d'une moitié de vie qui ressemble de plus en plus à une demi-vie. En s'emparant de cette figure balisée, Philippe Marczewski a pris un risque certain mais a relevé le défi haut-la-main et revisité avec talent un modèle qu'on croyait éculé.

Au lieu d'être cynique, son héros est philosophe. Au lieu de se perdre dans le ressentiment et l'amertume, il se jette éperdument, bien qu'un peu malgré lui, dans une quête métaphysique insolite, à la recherche du tropical, oui, de ce qu'il y a d'authentiquement tropical dans ce monde, de ce qui fait qu'un corps, une attitude, une manière de vivre, est tropicale ou ne l'est pas. Absurde ? Qu'est-ce qui le serait moins ?

Au fil d'une aventure internationale, partie d'un jacuzzi du nord de la France pour filer vers la moiteur amazonienne, Marczewski fait porter à son personnage un regard en biais sur la vie et le monde. Il nous fait faire un pas de côté et développe sa thèse singulière avec un humour pince-sans-rire et un sens de la formule qui fait mouche.

Comme la jungle sud-américaine, torride et dangereuse, "Un corps tropical" est plein de richesses, peuplé de personnages ambigus, alternant les rythmes, de la torpeur à la course-poursuite, variant les ambiances, de l'ennui bureaucratique à la menace mortelle. C'est un roman plein, un roman qui déborde de générosité et d'esprit et une fois que vous l'aurez refermé, on peut vous garantir que vous ne regarderez plus les palmiers en plastique de Center Parc de la même manière.