En raison des circonstances actuelles, notre librairie est fermée et aucune expédition ne pourra être assurée pour une durée indéterminée.

Une saison au Thoronet. Carnets spirituels
EAN13
9782021144246
ISBN
978-2-02-114424-6
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
RELIGION
Nombre de pages
192
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
280 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Une saison au Thoronet. Carnets spirituels

Seuil

Religion

Offres

Autre version disponible

« Il est des lieux qui vous habitent à peine y avez-vous pénétré et ne vous quittent plus ensuite qu’ils ne vous aient transfiguré. » Ainsi en est-il de l’abbaye provençale du Thoronet pour Pauline de Préval. Dans ce livre construit comme un pèlerinage intime, la jeune femme met ses pas et ses pensées dans ceux des moines cisterciens qui ont bâti l’abbaye, au XIIe siècle. À l’écoute du cantique de pierre qui continue de s’élever de ce lieu devenu musée, elle se laisse toucher par cette architecture d’ombre et de lumière, par son dénuement revendiqué, qui voulut rompre avec la profusion de Cluny. Journaliste politique, passionnée par l’actualité qui fut longtemps pour elle le seul réel, elle réfléchit alors les thèmes du projet cistercien, et interroge à travers eux les attachements du monde contemporain : qu’en est-il aujourd’hui de l’esprit de dépouillement et de pauvreté ? De la nécessité du désert et de la nature ? Pourrait-on encore penser le travail comme une œuvre, voire une prière continuée ? etc. En consonance avec les grands mystiques - Bernard de Clairvaux, Guillaume de Saint-Thierry, etc. - qui ont inspiré les bâtisseurs du Thoronet, le livre médite la spécificité d’une expérience de Dieu où l’amour est la seule forme de connaissance capable de conférer l’être.Un livre sensible et passionnant, élucidation de l’esprit cistercien autant que récit d’une transformation intérieure.Pauline de Préval est journaliste et scénariste. Elle a déjà publié Jeanne d’Arc, la sainteté casquée (« Voix spirituelles », Points Sagesses, 2012).
S'identifier pour envoyer des commentaires.