Écritures du désert, Voyageurs et romanciers anglophones XIXe-XXe siècles
Éditeur
Presses Universitaires de Provence
Date de publication
Collection
Textuelles
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Écritures du désert

Voyageurs et romanciers anglophones XIXe-XXe siècles

Presses Universitaires de Provence

Textuelles

Offres

  • AideEAN13 : 9782821827509
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99
L’écriture du désert dans les récits de voyage de R. F. Burton, C. Doughty, G.
Bell, T. E. Lawrence et W. Thesiger au xixe et au début du xxe siècle invite
au parcours d’un espace géographique et textuel. L’analyse des traces
intertextuelles, idéologiques et linguistiques dans le palimpseste du désert
met au jour l’écriture totalisante du récit orientaliste, une affiliation
culturelle qui remonte à Hérodote et un regard fantasmatique sur l’Autre et
l’ailleurs. La quête des origines et du sens réapparaît dans les romans de L.
Durrell, Le quatuor d’Alexandrie, Le quintette d’Avignon, dont l’écriture
figurale et les métaphores optiques mettent en scène le leurre de la fresque
orientaliste et soulignent le simulacre de toute représentation. Dans les
romans postmodernes de M. Ondaatje, Le patient anglais et de Coetzee, En
attendant les barbares, le désert n’est plus le lieu de la révélation du sens,
mais de l’oblitération et de la perte. L’écriture fragmentée, spectrale
brouille et évide la représentation d’un espace élusif et nomade qui refuse de
se laisser conquérir et renvoie à l’Occidental l’image de son impuissance et
de ses illusions.
S'identifier pour envoyer des commentaires.