EAN13
9782866424701
ISBN
978-2-86642-470-1
Éditeur
Cahiers du Cinéma
Date de publication
Collection
ESSAIS
Nombre de pages
688
Dimensions
21 x 15 x 2 cm
Poids
902 g
Langue
français
Code dewey
791.457
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le goût de la télévision

Anthologie des Cahiers du Cinéma

Dirigé par

Cahiers du Cinéma

Essais

Offres

Avec cette anthologie, c’est l’histoire d’un regard et d’un discours critique qui est racontée à travers l’exploration des formes télévisuelles que sont les dramatiques télé, les débats politiques, les émissions littéraires, les séries, le cinéma à la télé, les matchs de football, les documentaires de création, les clips ou la télé-réalité, sans oublier quelques moments forts de notre histoire contemporaine et télévisuelle comme la chute de Ceausescu, la guerre du Golfe, le procès Barbie ou la Guerre en Irak…
Avec cette anthologie, c’est l’histoire d’un regard et d’un discours critique qui est racontée à travers l’exploration des formes télévisuelles que sont les dramatiques télé, les débats politiques, les émissions littéraires, les séries, le cinéma à la télé, les matchs de football, les documentaires de création, les clips ou la télé-réalité, sans oublier quelques moments forts de notre histoire contemporaine et télévisuelle comme la chute de Ceausescu, la guerre du Golfe, le procès Barbie ou la Guerre en Irak… Tout à la fois réflexion historique et ontologique sur l’évolution d’un medium et questionnement sur l’existence d’une critique de télévision, Le Goût de la télévision fait coexister dans un même ouvrage André Bazin, Éric Rohmer, André S. Labarthe, Gilles Deleuze, Serge Daney, Jean Eustache, Jean Baudrillard, Olivier Assayas, Paul Virilio avec Jean-Christophe Averty, Pierre Bellemare, Serge Moati, Pierre Dumayet, Bernard Pivot, Guillaume Durand ou Pierre Chevalier.
Les Cahiers du cinéma n’ont cessé, depuis le commencement de leur histoire en 1951, d’écrire sur la télévision. Le premier numéro des Cahiers y consacrait déjà un article intitulé « Film, cinéma et télévision ». Considérée d’abord comme un espace utopique, ouvert à tous les possibles, la télévision est peu à peu devenue, pour les Cahiers, un sujet de réflexion, depuis l’expérience des pionniers de l’ORTF comme Pierre Sabagh, Pierre Lazareff, Stellio Lorenzi, jusqu’aux tentatives de quelques grands cinéastes comme Hitchcock, Renoir, Welles, Rossellini, Godard ou Fassbinder, pour investir le medium. Après 1981, et les multiples modifications du paysage audiovisuel (création de Canal +, irruption des chaînes privées, arrivée d’Arte, généralisation du câble et du satellite…), la télé prend une place grandissante dans la revue, mais devient dans le même temps de plus en plus polémique.
L’Institut national de l’audiovisuel conserve la mémoire de la télévision depuis ses origines. En s’associant à cet ouvrage, l’Ina a souhaité proposer de nouvelles clés de lecture pour l’histoire de la télévision et de ses programmes.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Thierry Jousse