NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Les fleurs d'hiver
EAN13
9782752909985
ISBN
978-2-7529-0998-5
Éditeur
Phébus
Date de publication
Collection
Littérature française
Nombre de pages
160
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
196 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander

Autre version disponible

Octobre 1918. La guerre s'achève. Toussaint rentre chez lui. Il va retrouver Jeanne, sa femme, et la petite fille qu'il n'a pas vue grandir. Mais ce n'est pas du fond des tranchées qu'il revient, c'est de l'hôpital du Val-de-Grâce, service des gueules cassées.

Pour Jeanne, ouvrière fleuriste, ce retour signifie le début d'un nouveau combat. Si pendant quatre ans elle a su affronter l'absence, la peur et les privations, le silence de l'homme qu'elle aime et le bandeau que nuit et jour il garde sur le visage seront des ennemis autrement plus cruels.

Le chemin qu'ils vont parcourir tous deux, ensemble et séparément, Angélique Villeneuve le livre ici avec pudeur, cherchant l'éblouissement dans l'ombre et les fleurs dans l'hiver.

« Elle voudrait pouvoir approcher Toussaint, lever vers lui un visage clair, elle voudrait n'avoir qu'un seul sentiment et ne rien inventer, et puis voilà que tout s'embrouille, rien n'est comme elle a prévu et elle n'a rien prévu, pas voulu y penser, pas pu croire qu'un jour ça allait vraiment arriver. »

Angélique Villeneuve, qui a vécu en Suède et en Inde, est née en 1965 à Paris où elle habite aujourd'hui.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

7 décembre 2014

J'ai lu ce roman juste après Meursault, contre-enquête. Il est toujours difficile de passer après un coup de coeur, mais ce roman n'en a pas pâti. Et pourtant, c'est un roman de femmes qui ne dépasse pas deux cent pages, ...

Lire la suite

3 avril 2014

Octobre 1918. Jeanne ouvrière fleuriste se débrouille seule avec sa fille Léonie entre les privations, le manque de nourriture, les heures à assembler les fleurs pour gagner un maigre salaire. Elle pense souvent à Toussant son mari parti au front ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Angélique Villeneuve