Rendre (la) justice
  •  
EAN13
9782361060374
ISBN
978-2-36106-037-4
Éditeur
Éditions Sciences Humaines
Date de publication
Collection
ENT.AUXERRE
Nombre de pages
288
Dimensions
21 x 15 x 1 cm
Poids
386 g
Langue
français
Code dewey
340.115
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

Rendre (la) Justice

Sous la direction de Michel Wieviorka

Aspiration puissante, la justice s’incarne dans des institutions et constitue une catégorie décisive du débat politique. La demande de justice se développe à partir d’un sentiment parfois profond d’injustice. Le lien entre les inégalités et le sentiment d’injustice est complexe. Certaines inégalités semblent justes ou acceptables, d’autres profondément injustes et intolérables. Que doit ce lien, en particulier, au renforcement des inégalités sociales, à la décomposition du lien social et politique, à la corruption, aux « affaires », aux dysfonctionnements de notre système fiscal ?

Plus généralement, sur quoi fonder l’opposition du juste et de l’injuste ? La philosophie morale, politique ou juridique peut-elle nous éclairer ? Et dès lors, quelle place accorder au droit et à la loi dans la définition de ce qui est juste et injuste ?

La justice devrait être accessible à chacun, et fonctionner dans le sens de l’intérêt général. Mais n’est-elle pas une justice de classe ? Est-elle bien conforme au principe de l’égalité républicaine ? Une évolution sensible fait que la justice s’intéresse aux victimes, et pas seulement à l’ordre et à la société toute entière, que le crime ou la délinquance mettent en cause ou affaiblissent. Mais à reconnaître les torts subis par les victimes et leurs proches, ne s’interdit-on pas l’apaisement, ne risque-t-on pas d’ouvrir des plaies et de susciter de nouvelles et douloureuses difficultés ?

Nos conceptions de la justice et de la peine ont évolué depuis les Lumières et la Révolution. L’expérience pionnière de la Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud a introduit le thème du pardon et la présence des victimes dans le processus où se rend la justice. La justice réparatrice se développe, parfois très critiquée. La médiation également. Par ailleurs, depuis Nuremberg, la justice s’élève au niveau supranational, pour sanctionner des crimes contre l’humanité au risque d’être accusée de n’être que la justice des vainqueurs. Le droit d’ingérence peut-il être supérieur à celui des États ?

À travers différents éclairages et points de vue de spécialistes et d’universitaires, le livre présente les fondements et les enjeux nombreux et sans cesse renouvelés de la question de la Justice.

Un panorama stimulant sur une question d’une brûlante actualité.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Michel Wieviorka