NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Heures anglaises
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
Le Don des langues
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Heures anglaises

Le Seuil

Le Don des langues

Offres

  • AideEAN13 : 9782021094343
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • AideEAN13 : 9782021094336
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

« Il y a comme un abîme au cœur des Heures anglaises. Cet abîme tient au fait
que Henry James se soit voulu, ou plutôt ait eu l’air de se vouloir, anglais,
et que, malgré son installation à Londres dès 1876, et en dépit même de sa
naturalisation, obtenue en pleine guerre, le 28 juillet 1915, sept mois jour
pour jour avant sa mort, il ne l’ait jamais vraiment été ; ou du moins
n’a-t-il jamais été considéré comme tel par ceux dont il se voulait, ou avait
l’air de se vouloir, compatriote. [...] L’Angleterre est le berceau de la
langue anglaise, et sa capitale, dans les années victoriennes, se trouve être
le rassemblement humain le plus nombreux, le plus dense et le plus divers du
globe. Par conséquent : "Pour un homme de lettres qui s’efforce de pratiquer,
même modestement, l’instrument de Shakespeare et de Milton, de Hawthorne et
d’Emerson, qui chérit l’idée de ce qui en est sorti et qui peut même encore en
sortir, Londres doit toujours avoir une grande valeur illustrative et
évocatrice, et en fait une sorte de sainteté."»
S'identifier pour envoyer des commentaires.