NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

L'Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie Histoire Psychologie, anthropologie, histoire, psychologie
EAN13
9782021076745
ISBN
978-2-02-107674-5
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
Hautes études
Nombre de pages
352
Dimensions
24 x 15 x 2 cm
Poids
446 g
Code dewey
301.01
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie Histoire Psychologie

anthropologie, histoire, psychologie

De

Le Seuil

Hautes études

Offres

Autre version disponible

Un état des lieux de l'anthropologie ? Non, une série de réflexions sur son mode de connaître et sur son projet de savoir. Alors un essai d'épistémologie de l'anthropologie ? Pas davantage, plutôt des tentatives pour répondre à certaines des questions que pose son exercice.La connaissance ethnographique du présent est-elle logiquement distincte, dans sa composition de la connaissance historiographique du passé ? Le temps qui passe ne commue-t-il pas inexorablement les relations ethnographiques d'hier en documents historiques ? En vertu de quels critères épingle-t-on de la vérité ou de la fausseté sur ces relations ? La méthode interprétative dont use l'anthropologue, comme l'historien, pour faire comprendre autrui en livrant les bonnes raisons qu'il a d'agir comme il agit ne présuppose-t-elle pas le recours à la psychologie ordinaire, consistant à assigner à autrui des états d'esprit à son prochain, promus dès lors en explication de ses agissements ?Le privilège conféré dans les sciences historiques à l'explication intentionnelle tient-il au mode de connaître adopté ou au mode d'être présumé des phénomènes à connaître ? Le prix à payer pour se rendre autrui intelligible n'est-il pas de décréter qu'il est coulé dans le même moule mental que l'interprète ? Serait-ce faire acte de charité que de postuler qu'autrui est notre pair en rationalité ? Le fait évident que tous les hommes ne tiennent pas pour vraies les mêmes pensées conduit-il à professer le relativisme de la raison et donc l'idée de la relativité du vrai ? Mais si la vérité est plurielle, comment peut-il se faire que l'on parvienne à traduire les énoncés d'autrui, c'est-à-dire à rendre l'original et sa traduction approximativement synonymes ? La réussite de cette traduction, rarement mise en doute par son auteur, ne démontre-t-elle pas la fausseté de l'idée de relativité du vrai ?Gérard Lenclud est directeur de recherche honoraire au CNRS, membre du Laboratoire d'anthropologie sociale. Il a publié en 2012 : En Corse. Une société en mosaïque, Paris, Maison des sciences de l'homme ; à paraître en 2013, en collaboration avec Jean-Marie Hombert, Comment le langage serait venu à l'homme, Paris, Fayard.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...