NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

L'écologie sinon rien. Chronique sur ceux qui s'obstinent à ne pas y croire, Chronique sur ceux qui s'obstinent à ne pas y croire
Éditeur
Delachaux
Date de publication
Collection
Environnement et écologie
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'écologie sinon rien. Chronique sur ceux qui s'obstinent à ne pas y croire

Chronique sur ceux qui s'obstinent à ne pas y croire

Delachaux

Environnement et écologie

Offres

  • AideEAN13 : 9782603018408
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    8.99

  • AideEAN13 : 9782603018392
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    8.99

Autre version disponible

Les ecolosceptiques suivent une mode politique utilisee pour marquer la
societe : derriere l'expression " developpement durable " se cache l'inertie
et le refus d'agir, attitude parfaitement irresponsable a terme. Ils jouent
l'avenir de la biodiversite, d'une vie supportable et meme de la planete.


Au nom de la protection du paysage, des associations formees de proprietaires
de chateaux, de manoirs, de demeures historiques ou de residences secondaires
partent en guerre contre les eoliennes qui abiment " leur " paysage, mais ne
deploient pas les memes efforts contre les centrales nucleaires, les lignes a
haute tension ou l'urbanisme commercial qui defigure les abords des villes.


Les ecolosceptiques comme les climatosceptiques s'acharnent, utilisant les
reseaux les plus puissants et maitrisant parfaitement l'outil internet, a
decredibiliser les ecologistes et a denoncer leur " catastrophisme " aupres
des ministres et des parlementaires


D'un ton resolument polemique, l'auteur pointe du doigt avec un humour matine
d'ironie ces conservateurs vetus des oripeaux de la science, voire du
capitalisme. Il denonce les adversaires du principe de precaution
environnemental, qui paralyserait, parait-il, le progres technique et
scientifique. Il accuse enfin certains milieux economiques et grandes
institutions d'utiliser leurs appuis pour relayer leurs arguments fallacieux.
S'identifier pour envoyer des commentaires.