Le phénomène Gorki, Le jeune Gorki et ses premiers lecteurs
EAN13
9782859399832
ISBN
978-2-85939-983-2
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
LET ET CIVI ETR
Nombre de pages
312
Dimensions
24 x 16 x 2 cm
Poids
577 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le phénomène Gorki

Le jeune Gorki et ses premiers lecteurs

De

Presses Universitaires du Septentrion

Let Et Civi Etr

Offres

On regarde le plus souvent la carrière de Gorki (1868-1936) du point de vue de ses positions politiques, notamment de son engagement auprès du pouvoir soviétique dans la mise en place d'une « nouvelle culture ». Ce regard rétrospectif conduit à sous-estimer la part de la littérature dans la trajectoire de l'écrivain. Cette attitude n'est pas nouvelle. L'extraordinaire succès de librairie des histoires de « bossiaks » (va-nu-pieds) parues en 1898, a été presque dès l'origine imputé au profil de bossiak de l'auteur lui-même, plutôt qu'à ses écrits. Il est entendu que c'est l'homme (biographique, social) qui fait l'oeuvre.Il faut probablement adopter le point de vue inverse. Les premiers lecteurs de Gorki (les mêmes, alors, que ceux qui lisaient Tchékhov) ignoraient tout de sa biographie, et c'est bel et bien dans la nouveauté de sa manière d'écrire que se trouve la clé de sa popularité.Les histoires de bossiaks tranchaient le noeud gordien dont s'embarrassait la prose narrative russe au tournant du XXe siècle. D'un seul coup, le jeune Gorki libérait l'univers du récit des idéaux écrasants des populistes. Il affirmait que la force, la vérité sont affaires de rencontres, et d'épreuves. Celles qui s'écartent de la voie tracée par les livres ne sont pas forcément les moins fructueuses. La facture maladroite, naïve, des histoires de bossiaks permettait d'identifier l'auteur à ses personnages. Les lecteurs enthousiastes découvraient dans les récits du jeune Gorki une désarmante fusion de la littérature et de la vie.
Serge Rolet est né en 1955 à Lons-le Saunier. Après des études de russe à l'ENS de Saint-Cloud (agrégation, 1980), il enseigne le russe dans divers lycées et collèges du Nord pendant près de quinze ans. Il soutient en Sorbonne une thèse de doctorat sur l'écrivain russe Léonide Andréïev en 1995. Il poursuit ses recherches sur la littérature russe de l'époque de Tchékhov à l'université de Franche-Comté, et, depuis 2002, à l'université Charles-de-Gaulle - Lille 3, où il est nommé professeur des universités.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...