Comment parler de Dieu aujourd'hui ?
Éditeur
Éditions Salvator
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Comment parler de Dieu aujourd'hui ?

Éditions Salvator

Offres

  • AideEAN13 : 9782706710155
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99

Autre version disponible

**Dieu peut-il être un sujet de conversation ? Peut-on le placer entre les
derniers résultats de Coupe d'Europe et le prochain bulletin météorologique ?
Serait-il toutefois beaucoup mieux de disserter savamment dessus, d'en faire
un beau concept théologique, de le resituer entre les antinomies de Kant et
les généalogies de Nietzsche?**

La bouche qui vient de dire : « Passe-moi le sel ! » ou « La France forte,
c'est maintenant » ou « Vous êtes belle, Monica, puis-je monter prendre un
verre chez vous ? », est-elle habilitée à dire quelque chose du divin ? Du
reste, le mot « Dieu » peut-il être un mot parmi d'autres dans une phrase, un
gros mot, un mot avec une grande majuscule ?

L'Infini tient-il en quatre lettres communes (comme le fini en cinq lettres) ?
N'est-ce pas le diminuer au moment même où l'on prétend l'exalter ? Ou
l'honorer alors qu'on voudrait s'en débarrasser pour toujours ?

Au moins deux espèces de personnes ne s'embarrassent pas de ces difficultés :
le fondamentaliste et l'athée. Tous deux parlent de Dieu à tort et à travers.
Si bien que deux autres types vont s'insurger contre une telle arrogance :
l'agnostique et le chrétien enfoui. Tous deux prennent le parti de ne plus en
parler du tout.

Et puis il y a ceux qui ne se retrouvent pas dans le quadrige de ces factions.
Ceux pour qui l'on ne peut parler de Dieu, mais pour qui l'on peut encore
moins se taire. Et les voici qui bégayent, bafouillent, balbutient, clowns qui
doivent témoigner de ce qui les surpasse... Ils sont envoyés comme hérauts du
« Royaume », alors qu'ils font leurs courses chez Leclerc. Ils sont désignés
comme « lumière du monde » alors qu'ils cherchent l'interrupteur de leur
chambre. Enfin, ils se savent fils du Dieu infini et néanmoins fils de Lucette
et Ferdinand, finis, extrêmement finis...

**Fabrice Hadjadj,** essayiste et dramaturge, dirige Philanthropos (Institut
européen d'études anthropologiques à Fribourg, Suisse). Il collabore aussi au
Figaro littéraire et à Art press, ainsi qu'à Panorama et à Prier.
S'identifier pour envoyer des commentaires.