Les inventaires après décès de la ville de Dijon à la fin du Moyen Âge (1390-1459). Tome I (1390-1408)
Éditeur
Presses universitaires du Midi
Date de publication
Collection
Méridiennes
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les inventaires après décès de la ville de Dijon à la fin du Moyen Âge (1390-1459). Tome I (1390-1408)

Presses universitaires du Midi

Méridiennes

Offres

  • AideEAN13 : 9782810710706
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    11.99

Autre version disponible

Un inventaire après décès est un document précieux. Il s’assimile à une
photographie de la demeure du défunt, au moment de son décès, et recense les
objets qui s’y trouvent. C’est une source importante pour la connaissance
matérielle du cadre de vie, pour l’histoire des pratiques et des techniques,
pour l’histoire économique et culturelle. Ce que donne à voir l’inventaire
après décès est souvent invisible dans le reste de la documentation conservée
pour la fin du Moyen Âge et pour l’Époque moderne. Le fonds de la mairie de
Dijon est exceptionnel en quantité comme en qualité. Les documents conservés
décrivent l’intérieur de 700 maisons de la ville à la fin du XIVe siècle et au
début du XVe siècle avec un soin et une précision inégalés. Ils offrent une
description sans équivalent du cadre de vie des habitants de cette ville-
capitale, de la simple prostituée au riche officier du duc, comme l’un de ses
tailleurs ou tel ou tel de ses cuisiniers. Les objets, peu nombreux ici,
abondants là, parfois peu communs, comme ces cages à oiseaux, selon la mode
des oiseaux chanteurs, ou des boules de senteur venues d’ailleurs, donnent
chair à la ville et dessinent une autre image de Dijon et de ses habitants, au
plus près de leur existence et de leurs horizons de vie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.