Pouvoirs des familles, familles de pouvoir
Éditeur
Presses universitaires du Midi
Date de publication
Collection
Méridiennes
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Pouvoirs des familles, familles de pouvoir

Presses universitaires du Midi

Méridiennes

Offres

  • AideEAN13 : 9782810709854
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    10.99
La famille constitue depuis longtemps un objet d’étude privilégié des
historiens des sociétés. Ayant abandonné l’attention presque exclusive
accordée autre­fois aux seuls lignages aristocratiques voire royaux, cette
histoire de la famille a connu depuis un demi-siècle de profonds
renouvellements, tant thématiques que méthodologiques. Directement impliquée
dans l’histoire quantitative, notamment par le biais de la « reconstruction
des familles », la thématique familiale s’est retrouvée au centre de
l’histoire des mentalités. Ultérieurement enfin, via l’importation de
problématiques venues des autres sciences sociales et le recours à la démarche
« micro-historique », la famille s’est muée en un espace social et
anthropologique au sein duquel sont mises à jours les dynamiques qui affectent
ces réalités familiales. Dans le même temps, ces réflexions sur le passé d’une
réalité sociale toujours vivante viennent en écho aux interrogations
contemporaines sur le devenir de la famille nucléaire. La « crise » d’un
modèle familial pluriséculaire et les recompositions familiales auxquelles
elles donnent lieu placent ces réflexions sur la famille au cœur d’un débat de
société particulièrement intense. Dans ce contexte qui fait de la famille un
sujet d’actualité brûlant, le colloque organisé à Toulouse a voulu dresser un
bilan des travaux les plus récents des meilleurs spécialistes du sujet, il
s’est inscrit dans une démarche délibérément comparatiste tout en insistant
sur les continuités et les ruptures identifiables tant en termes de
problématiques, de démarches que de résultats. Compte tenu de la spécificité
du laboratoire à l’origine de cette réflexion, le comparatisme concerne
essentiellement les espaces français et ibérique, ce dernier étant compris au
sens large puisqu’il intègre les sociétés coloniales ibéro-américaines. Dans
le même temps, ce colloque a fait le choix de la transdisciplinarité et de la
longue durée, depuis le bas Moyen-Âge jusqu’au xxe siècle. Cette longue phase
chronologique coïncide avec l’émergence puis le développement de la structure
nucléaire, modèle familial précisément en cours de redéfinition aujourd’hui. À
son propos, leurs auteurs y confrontent des approches historiques,
sociologiques, anthropologiques et juridiques qui toutes éclairent les
complexités de cette histoire tout en contextualisant les interroga­tions
contemporaines.
S'identifier pour envoyer des commentaires.