Le travail dans la ville, Toulouse et Saragosse des Lumières à l’industrialisation. Étude comparée
Éditeur
Presses universitaires du Midi
Date de publication
Collection
Méridiennes
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le travail dans la ville

Toulouse et Saragosse des Lumières à l’industrialisation. Étude comparée

Presses universitaires du Midi

Méridiennes

Offres

  • AideEAN13 : 9782810709571
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    14.99
Alors que l’histoire du travail a été depuis une quinzaine d’années revisitée
par des sociologues comme Robert Castel ou des philosophes comme Dominique
Méda, la question du passage entre l’univers corporatif, dominé par la figure
du maître artisan, et le monde industriel, où l’ouvrier d’usine occupe une
position centrale, constitue encore une sorte de hiatus. Le découpage
chronologique traditionnel des champs historiographiques, la force du
paradigme révolutionnaire dans l’approche du phénomène industriel et de la
naissance de la société libérale empêchent d’apprécier l’impact de la
disparition des anciennes communautés de métier sur les économies urbaines et
d’appréhender le changement social entre l’époque des Lumières et les débuts
de l’industrialisation. Le choix d’une perspective transversale dans le temps
s’accompagne ici d’une démarche comparative qui permet de mettre en relation
l’expérience abolitionniste française avec celle de la progressive extinction
observée en Espagne. Les cas comparés de Toulouse et de Saragosse donnent
l’occasion de mesurer les changements intervenus entre 1760 et 1830 dans les
villes encore peu touchées par le développement de nouvelles techniques
productives que l’histoire des débuts de l’industrialisation a longtemps
négligées en dépit de leur nombre, de leur rang et de leur croissance. L’étude
comparée débouche sur la mise en évidence d’une sorte de modèle d’évolution du
monde du travail dans des économies urbaines qui tout en participant à
l’industrialisation, se caractérisent surtout par une intensification des
modes déjà existants de production. La mort des corporations, brutale ou
lente, n’a pas été le prélude à une progressive extinction de l’artisanat
urbain. C’est bien plutôt une multiplication des agonis économiques de faible
envergure en situation d’indépendance formelle qui s’observe en milieu urbain
dans les premières décennies du xixe siècle et qui, dans le cas français,
paraît avoir été favorisée par la fameuse loi d’Allarde.
S'identifier pour envoyer des commentaires.