La fabrique d’un révolutionnaire, Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1918), Réflexions sur l’engagement politique d’un dirigeant social-démocrate finlandais
Éditeur
Presses universitaires du Midi
Date de publication
Collection
Méridiennes
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La fabrique d’un révolutionnaire, Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1918)

Réflexions sur l’engagement politique d’un dirigeant social-démocrate finlandais

Presses universitaires du Midi

Méridiennes

Offres

  • AideEAN13 : 9782810709960
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    19.99
Otto Wilhelm Kuusinen est surtout connu pour avoir été pendant quinze ans l’un
des secrétaires du Komintern, puis plus tard l’un des conseillers de Nikita
Krouchtchev. En Finlande même, il incarne pour beaucoup la figure par
excellence d’un communisme apatride, lié à « l’ennemi héréditaire ». Il fut
pourtant de 1905 à 1918 un dirigeant social démocrate finlandais de premier
plan, qui plus est patriote ardent et rédacteur de maints textes réclamant ou
préparant l’indépendance du pays en 1917. Le présent ouvrage s’intéresse
spécifiquement à cette partie-là de la vie de Kuusinen, non seulement parce
qu’elle est souvent occultée, voire négligée par les historiens, mais aussi
parce qu’elle pose le problème des continuités et des ruptures dans la vie
d’un dirigeant du mouvement ouvrier dont la carrière a embrassé plusieurs
époques distinctes. Le but de ce livre n’est toutefois pas d’être simplement
une biographie, au sens classique du terme. Il s’agit aussi dans ces pages de
comprendre pourquoi un jeune homme, que rien ne prédisposait a priori à
devenir un révolutionnaire, s’est découvert et forgé une âme de socialiste,
pourquoi il a en outre abandonné ses rêves d’ascension sociale pour embrasser
une carrière aléatoire au sein d’un mouvement ouvrier qui lui était à
l’origine étranger. Les raisons en fait apparaissent complexes, mêlant des
facteurs structurels et conjoncturels, familiaux et sociétaux, individuels et
organisationnels. Au total, il apparaît que l’engagement politique, au sens
que lui a donné le xxe siècle, ne peut se réduire aux choix d’une personne ;
il a également une dimension collective qui l’enracine profondément dans la
société qu’il prétend transformer. C’est pourquoi le lecteur pourra découvrir,
tout autant que l’individu Kuusinen, la Finlande des années 1881-1918, les
mutations socio-économiques qui l’affectent, les débats intellectuels et
politiques qui s’y déploient, les espérances et les colères qui animent les
contemporains, la dureté enfin des conflits qui minent le Grand-Duché. Ainsi,
il ne se sentira pas enfermé dans le cadre étroit d’une monographie ; il
pourra respirer plus librement l’air du grand large, celui d’une zone baltique
agitée de soubres-sauts multiples annonçant un avenir différent de celui que
pouvaient alors imaginer ses habitants.
S'identifier pour envoyer des commentaires.