NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Annette et Sylvie, L'âme enchantée I
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Annette et Sylvie

L'âme enchantée I

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374637181
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**Romain Rolland** (1866-1944)

"Elle était assise près de la fenêtre, tournant le dos au jour, recevant sur
son cou et sur sa forte nuque les rayons du soleil couchant. Elle venait de
rentrer. Pour la première fois depuis des mois, Annette avait passé la journée
dehors, dans la campagne, marchant et s’enivrant de ce soleil de printemps.
Soleil grisant, comme un vin pur, que ne trempe aucune ombre des arbres
dépouillés, et qu’avive l’air frais de l’hiver qui s’en va. Sa tête
bourdonnait, ses artères battaient, et ses yeux étaient pleins des torrents de
lumière. Rouge et or, sous ses paupières closes. Or et rouge dans son corps.
Immobile, engourdie sur sa chaise, un instant, elle perdit conscience...

Un étang, au milieu des bois, avec une plaque de soleil, comme un œil. Autour,
un cercle d’arbres aux troncs fourrés de mousse. Désir de baigner son corps.
Elle se trouve dévêtue. La main glacée de l’eau palpe ses pieds et ses genoux.
Torpeur de volupté. Dans l’étang rouge et or elle se contemple nue... Un
sentiment de gêne, obscure, indéfinissable : comme si d’autres yeux à l’affût
la voyaient. Afin d’y échapper, elle entre plus avant dans l’eau, qui monte
jusque sous le menton. L’eau sinueuse devient une étreinte vivante ; et des
lianes grasses s’enroulent à ses jambes. Elle veut se dégager, elle enfonce
dans la vase. Tout en haut, sur l’étang, dort la plaque de soleil. Elle donne
avec colère un coup de talon au fond, et remonte à la surface. L’eau
maintenant est grise, terne, salie. Sur son écaille luisante, mais toujours le
soleil... Annette, au bras d’un saule qui pend sur l’étang, s’accroche, pour
s’arracher à l’humide souillure. Le rameau feuillu, comme une aile, couvre les
épaules et les reins nus. L’ombre de la nuit tombe, et l’air froid sur la
nuque...."

1900\. Annette Rivière, jeune bourgeoise riche et d'une sagesse exemplaire,
apprend, à la mort de son père, qu'elle a une demi-soeur : Sylvie. Sa première
intention est de la rejeter ; mais après avoir fait connaissance, Annette et
Sylvie deviennent vraiment soeurs. Sylvie est tout ce qu'Annette aimerait être
sans l'oser...

Premier volet de la tétralogie "L'âme enchantée".
S'identifier pour envoyer des commentaires.