NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

L'Uscoque
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

  • AideEAN13 : 9782374637167
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**George Sand** (1804-1876)

"Je crois, Lélio, dit Beppa, que nous avons endormi le digne Asseim Zuzuf.

– Toutes nos histoires l’ennuient, dit l’abbé. C’est un homme trop grave pour
s’intéresser à des sujets aussi frivoles.

– Pardonnez-moi, répondit le sage Zuzuf. Dans mon pays, on aime les contes
avec passion ; dans nos cafés, nous avons nos conteurs comme ici vous avez vos
improvisateurs. Leurs récits sont tour à tour en prose et en vers. J’ai vu le
poète anglais les écouter des soirées entières.

– Quel poète anglais ? demandai-je.

– Celui qui a fait la guerre avec les Grecs, et qui a fait passer dans les
langues d’Europe l’histoire de Phrosine et plusieurs autres traditions
orientales, dit Zuzuf.

– Je parie qu’il ne sait pas le nom de lord Byron ! s’écria Beppa.

– Je le sais fort bien, répondit Zuzuf. Si j’hésite à le prononcer, c’est que
je n’ai jamais pu le dire devant lui sans le faire sourire. Il paraît que je
le prononce très mal.

– Devant lui ! m’écriai-je ; vous l’avez donc connu ?

– Beaucoup, à Athènes principalement. C’est là que je lui ai raconté
l’histoire de l’Uscoque, qu’il a écrite en anglais sous le titre du Corsaire
et de Lara.

– Comment, mon cher Zuzuf, dit Lélio, c’est vous qui êtes l’auteur des poèmes
de lord Byron ?

– Non, répondit le Corcyriote sans se dérider le moins du monde à cette
plaisanterie, car il a tout à fait changé cette histoire, dont au reste je ne
suis pas l’auteur, puisque c’est une histoire véritable.

– Eh bien ! vous allez la raconter, dit Beppa.

– Mais vous devez la savoir, répondit-il, car c’est plutôt une histoire
vénitienne qu’un conte oriental."

Giovanna, nièce du tout puissant amiral Morosini, va se marier avec Ezzelin,
mais à la dernière minute elle lui préfère Orio, séducteur ruiné épris de
liberté. Giovanna et Orio se marient. Ce dernier, sous les ordres de Morosini,
part guerroyer contre les Ottomans...
S'identifier pour envoyer des commentaires.