NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Maman Léo, Les Habits noirs VI
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Maman Léo

Les Habits noirs VI

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374637150
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    2.49
**Paul Féval** (1816-1887)

"Paris avait son manteau d’hiver ; les toits blancs éclataient sous le ciel
brumeux, tandis que, dans la rue, piétons et voitures écrasaient la neige
grisâtre.

C’était un des premiers jours de novembre, en 1838, un mois après la
catastrophe qui termine notre récit, intitulé L’Arme invisible. La mort
étrange du juge d’instruction Remy d’Arx, avait jeté un étonnement dans la
ville, mais à Paris les étonnements durent peu, et la ville pensait déjà à
autre chose.

Ce temps est si près de nous qu’on hésite, en vérité, à dire qu’il ne
ressemblait pas tout à fait au temps présent, et pourtant il est bien certain
que les changements opérés dans Paris par ces trente dernières années valent
pour le moins l’œuvre d’un siècle.

La publicité des journaux existait ; on la trouvait même énorme, presque
scandaleuse : elle n’était rien absolument auprès de ce qu’elle est
aujourd’hui.

On peut affirmer, sans crainte de se tromper, que nous avons, en 1869, cent
carrés de papier imprimés quotidiennement contre dix publiés en 1838.

Ainsi en est-il pour le mouvement prodigieux des démolitions et des
constructions.

Sous le règne de Louis-Philippe, Paris tout entier s’irritait ou se
réjouissait, selon les goûts de chacun, à la vue de cette humble percée, la
rue de Rambuteau, qui passerait maintenant inaperçue.

Les uns s’extasiaient sur la hardiesse de cette œuvre municipale, les autres
prophétisaient la banqueroute prochaine de la ville : c’était la grande
bataille d’aujourd’hui qui commençait par une toute petite escarmouche.

Je ne sais pas au juste combien d’années on mit à parfaire cette malheureuse
rue de Rambuteau, qui devait être droite et qui eut un coude, célèbre dans les
annales judiciaires, mais cela dura terriblement longtemps, et pendant
plusieurs hivers, l’espace compris entre l’église Saint-Eustache et le Marais
fut complètement impraticable."

Suite de "L'arme invisible"

Maman Léo, dompteuse de fauves et femme de poids, entre en scène pour sauver
ses deux protégés, Maurice et Valentine, piégés par les "Habits noirs" et
accusés d'avoir empoisonné Remy d'Arx...
S'identifier pour envoyer des commentaires.