NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Fécondité
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Fécondité

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374636870
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    2.99
**Emile Zola** (1840-1902)

"Ce matin-là, dans le petit pavillon à la lisière des bois, où ils étaient
installés depuis trois semaines, Mathieu se hâtait, pour prendre à Janville le
train de sept heures, qui chaque jour le ramenait à Paris. Il était six heures
et demie déjà, et il y avait deux grands kilomètres du pavillon à Janville.
Puis, après les trois quarts d’heure du trajet, c’étaient trois autres quarts
d’heure pour aller de la gare du Nord au boulevard de Grenelle ; de sorte
qu’il n’arrivait guère à son bureau de l’usine que vers les huit heures et
demie.

Il venait d’embrasser les enfants, heureusement endormis ; car ils ne le
laissaient plus partir, leurs petits bras noués à son cou, riant et le
baisant. Et, comme il rentrait vivement dans la chambre à coucher, il trouva
sa femme Marianne, au lit encore, mais réveillée, à demi assise. Elle était
allée tirer un rideau, toute la radieuse matinée de mai entrait, la baignant
d’un flot de gai soleil, dans la beauté saine et fraîche de ses vingt-quatre
ans. Lui, son aîné de trois ans, l’adorait.

« Tu sais, chérie, je me dépêche, j’ai peur de manquer le train... Alors,
tâche de t’arranger, tu as encore trente sous, n’est-ce pas ? »

Elle se mit à rire, charmante avec ses bras nus et ses admirables cheveux
bruns défaits. La continuelle gêne de leur jeune ménage la laissait vaillante
et joyeuse, elle mariée à dix-sept ans, lui à vingt, chargés de quatre enfants
déjà.

« Puisque c’est la fin du mois aujourd’hui et que tu touches ce soir... Je
paierai demain les petites dettes, à Janville. Il n’y a que les Lepailleur,
pour le lait et les œufs, qui m’ennuient, car ils ont toujours l’air de croire
qu’on veut les voler... Trente sous, mon chéri ! mais nous allons faire la
fête ! »

Elle riait toujours, elle lui tendait ses bras fermes et blancs, pour l’au
revoir de chaque matin."

Premier opus du cycle "Les quatre évangiles".

Pierre Froment et sa famille nombreuse incarnent la réussite et le bonheur.
Autour d'eux c'est autre chose : certains prônent l'enfant unique ; d'autres
"pondent" des enfants qui sont abandonnés, sans parler des avortements...
S'identifier pour envoyer des commentaires.