NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Saint Office de la Mémoire, Une famille argentine 1885 - 1990
Éditeur
L'atinoir
Date de publication
Collection
L'atinoir bilingue - L'atinoir bilingüe
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Saint Office de la Mémoire

Une famille argentine 1885 - 1990

L'atinoir

L'atinoir bilingue - L'atinoir bilingüe

Offres

  • AideEAN13 : 9782491742089
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    8.49

Autre version disponible

« J’ai toujours voulu écrire l’histoire de mes grands-parents et de mes
arrière-grands-parents qui serait en même temps une vision de la présence et
de l’influence italiennes en Argentine. Je voulais aussi expliquer ce que les
femmes et les hommes de ce pays avaient d’étrange et d’indéfinissable. Je
voulais que mon explication se fasse à partir d’une fiction mais sans utiliser
les procédés habituels, autrement dit, sans vraiment donner d’explications. Il
s’agissait simplement de mettre mes doutes sur la table et de les écrire noir
sur blanc.
Saint Office de la Mémoire est un roman historique, un roman sur
l’immigration, un roman qui traverse notre histoire et les affrontements les
plus dramatiques qu’elle a connus sur plusieurs générations. La mémoire contre
l’oubli, la vie face à la mort, le jour après la nuit, la paix et la violence,
l’intolérance contre la démocratie. Une série de dichotomies, une très grande
ambigüité, une sorte de schizophrénie qui servent de jalons. J’ai aussi voulu
m’attaquer à un très grand nombre de thèmes qui étaient, selon moi, du plus
grand intérêt. Et il y a dans ce livre un débat sur la littérature argentine ;
une littérature qui accompagne l’histoire tout en l’affrontant. Dans ce pays,
les épigones littéraires sont en général des personnes qui appartiennent à
l’élite et ne représentent que très rarement de véritables valeurs populaires.
(Extrait d’une entrevue de Mona Moncalvillo avec l’auteur dans la revue Humor
- 1991)
S'identifier pour envoyer des commentaires.