NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Amaury
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Amaury

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374636832
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    2.49
**Alexandre Dumas** (1802-1870)

"Vers le commencement de mai de l’année 1838, et comme dix heures du matin
venaient de sonner, la porte cochère d’un petit hôtel de la rue des Mathurins
s’ouvrit et donna passage à un jeune homme monté sur un beau cheval alezan,
dont les jambes fines et dont le cou un peu allongé trahissaient l’origine
anglaise ; derrière lui, et par la même porte du même hôtel, sortit, à une
distance convenable, un domestique vêtu de noir, et monté comme lui sur un
cheval de race, mais dans lequel cependant l’œil d’un amateur devait
reconnaître moins de sang que dans le premier.

Ce cavalier, qui n’avait besoin que de se montrer pour être rangé tout d’abord
dans cette classe d’individus auxquels, en imitation de nos voisins d’outre-
mer, la langue du monde a donné le titre de lions, était un jeune homme de
vingt-trois à vingt-quatre ans, d’une mise si simple et en même temps si
recherchée, qu’elle dénonçait dans celui qui la portait ces habitudes
aristocratiques qu’on tient de la naissance seule et qu’aucune éducation ne
saurait créer là où elles n’existent pas naturellement.

Il est juste de dire aussi que sa physionomie répondait admirablement à cette
mise et à cette tournure, et qu’il eût été difficile de rêver quelque chose de
plus élégant et de plus fin que ce visage encadré dans des cheveux et dans des
favoris noirs, et auquel une pâleur mate et juvénile donnait un caractère tout
particulier de distinction. Aussi, ce jeune homme, dernier rejeton d’une des
plus anciennes familles de la monarchie, portait-il un de ces vieux noms qui
vont s’éteignant tous les jours et qu’on ne trouvera bientôt plus que dans
l’histoire : il s’appelait Amaury de Léoville."

Amaury est amoureux de Madeleine, la fille de son tuteur M. Avrigny. Les deux
jeunes gens espèrent pouvoir se marier. Mais M. Avrigny souhaiterait plutôt
qu'Amaury s'intéresse à sa nièce Antoinette afin de garder Madeleine auprès de
lui... M. Avrigny est jaloux...
S'identifier pour envoyer des commentaires.