NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Rentrée littéraire Flammarion - 2020
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Rentrée littéraire Flammarion - 2020

Flammarion

Offres

  • AideEAN13 : 9782080231673
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    0.00
« Depuis plusieurs années déjà, Flammarion resserre sa rentrée littéraire
autour de quelques titres. Le désir de pouvoir défendre chacun des romans et
d’offrir à chacun de nos auteurs une place particulière dans cette forêt
joyeuse de septembre nous a toujours guidés. Aujourd’hui, nous avons choisi de
resserrer encore davantage notre programme, anticipant les répercussions de ce
que nous venons de traverser sur nos lecteurs, les libraires en premier lieu,
mais aussi les journalistes et le public. Nous avons concentré cette édition
d’août 2020 autour d’auteurs très attendus, comme Alice Zeniter et Serge
Joncour, qui livrent des romans engagés et politiques, à l’unisson de notre
actualité récente. Place est faite par ailleurs aux « découvertes », qui
égayent chaque année l’automne et préparent l’avenir. Chez Flammarion, elles
seront françaises et étrangères. Et, parce que nous aimons nous « enrichir »
d’auteurs, sortiront en août le nouveau roman d’Éric Laurrent, Une fille de
rêve, qui raconte les splendeurs et les misères de Nicky Soxy (dont il avait
précédemment écrit l’enfance), et en septembre celui de Philippe Djian, 2030
(en même temps qu’un numéro de la revue Décapage qui lui est consacré). Enfin,
puisqu’il est bon de lire de la fiction mais aussi de réfléchir autrement au
travers d’essais et de récits, nous publierons en août le livre de Benoît
Peeters qui retrace l’histoire de Sándor Ferenczi, l’enfant terrible de la
psychanalyse. Et, en septembre, Roue libre, de la singulière et talentueuse
Cécile Guilbert, qui pose la question de la culture contre l’art, ainsi que
Trois anneaux, le récit de Daniel Mendelsohn qui esquisse une autre histoire
de la littérature en évoquant sa dépression après la publication des Disparus
et son métier d’écrivain. Bonnes lectures  ! » Alix Penent, Directrice
éditoriale
S'identifier pour envoyer des commentaires.