NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Suzanne et le Pacifique
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Suzanne et le Pacifique

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374636764
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**Jean Giraudoux** (1882-1944)

"C’était pourtant un de ces jours où rien n’arrive, où, comme les poules quand
la pluie va durer, sentant que jusqu’au soir la vie sera monotone, les astres
occupés d’habitude à la varier sortent sans emploi et voisinent. Il y avait de
tout dans le ciel. Il y avait le soleil ; il y avait, sous une housse, la
lune. Nuit, matin, tout était servi sur les mêmes nappes radieuses. Le vent du
Sud tombait sur le vent d’Est, perpendiculaire, et des souffles Nord-Ouest-
Sud-Est vous caressaient dans l’angle droit. Les cloches sonnaient ; quand le
battant frappait leur côté oriental, déjà tiède, le son était moitié plus
tendre. Tout le monde était sur les portes, on mettait son ombre au soleil. Le
facteur allait en zigzag d’un trottoir à l’autre trottoir ; il semblait ivre
de beau temps, la rue n’était pas assez large. Il ne se hâtait guère, il
regardait décacheter chaque enveloppe, et chaque nouvelle passer du secret à
un jour aveuglant. Puis il me fit avec le bras ces signes défendus pourtant
dans les Postes depuis Morse, agita vers moi une lettre dont je vis le timbre
australien...

Je rougis...

Car je rougis toujours quand on me parle d’un pays étranger...

J’avais dix-huit ans. J’étais heureuse. J’habitais, avec mon tuteur, une
maison toute en longueur dont chaque porte-fenêtre donnait sur la ville,
chaque fenêtre sur un pays à ruisseaux et à collines, avec des champs et des
châtaigneraies comme des rapiéçages..., car c’était une terre qui avait
beaucoup servi déjà, c’était le Limousin."

Suzanne est une jeune fille heureuse ayant toujours vécu à Bellac (Limousin).
Elle décide de voyager mais un incendie se déclenche à bord du paquebot..

Jean Giraudoux imagine, avec toute sa fantaisie, une robinsonne ...
S'identifier pour envoyer des commentaires.