NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Cosmopolitismes en Asie du Sud, Sources, itinéraires, langues (XVIe-XVIIIe siècle)
Éditeur
Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Date de publication
Collection
Purushartha
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Cosmopolitismes en Asie du Sud

Sources, itinéraires, langues (XVIe-XVIIIe siècle)

Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales

Purushartha

Offres

  • AideEAN13 : 9782713231520
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    13.99
Le cosmopolitisme est-il un enfant de la modernité occidentale ou peut-on le
trouver en d’autres temps et d’autres lieux ? Cet ouvrage entend apporter une
réponse à cette question aujourd’hui vivement débattue en retraçant ses
contours en tant que pratique et Weltanschauung dans une région du monde -
l’Asie du Sud - pôle majeur de l’espace de circulation de l’Asie musulmane et
nœud des flux humains, matériels et immatériels reliant l’Occident à l’Orient
au cours des XVIe-XVIIIe siècles. Terre d’accueil pour de nombreuses élites en
quête de patronage, port d’ancrage pour d’autres ou encore simple étape au
sein de parcours transocéaniques guidés par l’appétit de richesses ou de
savoirs, l’Asie du Sud de la première modernité est un terreau
particulièrement fertile pour la construction d’identités et de visions
cosmopolites, tant au niveau individuel qu’à celui de la polis. Aussi
hétérogène comme idée que comme habitus, le cosmopolitisme est abordé ici sous
un angle résolument pluriel favorisant la multiplication des approches
(acteurs, langues, lieux, activités à « vocation » cosmopolite) et le
croisement de ses différentes manifestations - moghole, marathe, européennes,
etc. - afin d’en faire mieux ressortir les constantes, variantes, limites et
interactions. Dans cette optique, les études réunies au fil de ce numéro
illustrent bel et bien ce que le « citoyen du monde » des Lumières doit aux «
Indes orientales ».
S'identifier pour envoyer des commentaires.