NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

École et migration : un accord dissonant ?
Éditeur
ENS Éditions
Date de publication
Collection
Entretiens Ferdinand Buisson
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

École et migration : un accord dissonant ?

ENS Éditions

Entretiens Ferdinand Buisson

Offres

  • AideEAN13 : 9791036201998
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99
Qu’ils arrivent seuls ou en famille, en situation légale ou irrégulière, les
jeunes d’âge scolaire constituent une partie essentielle des flux migratoires.
De nationalité étrangère ou nés hors de la France métropolitaine, ils et elles
ont massivement connu l’école « ailleurs ». De nationalité française, ils
communiquent régulièrement dans une autre langue que le français avec leurs
parents. Or, en valorisant la culture et la langue nationales, l’école
française n’accentue-t-elle pas le poids de l’origine ethnoculturelle dans les
performances scolaires ? Quels dispositifs et quelles orientations de l’action
éducative peuvent conforter l’espoir de mobilité sociale qui accompagne les
projets migratoires ? Que disent les enquêtes de suivi sur la capacité de
l’école à faire réussir les élèves « nouvellement arrivés » au même titre que
les élèves « durablement installés » ? Dans quelle mesure l’histoire de
l’immigration et des itinérances oriente-t-elle non seulement le recrutement
scolaire, mais aussi les pratiques pédagogiques ? À l’épreuve des circulations
et des parcours des jeunes d’origine immigrée, des jeunes réfugiés ou des
jeunes « du voyage », l’institution scolaire révèle des rigidités différentes
selon son cadre sociétal de référence, et des souplesses parfois inédites. À
partir de la double considération des élèves migrants et des enfants
d’immigrés, cet Entretien Ferdinand Buisson ouvrira donc la réflexion sur les
capacités et les limites actuelles de l’école à valoriser les migrations à la
fois comme projets de mobilité sociale, comme épreuves de déclassement et
comme parcours d’accès aux droits.
S'identifier pour envoyer des commentaires.