NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Lettres italiennes de Claire de Gonzague, comtesse de Bourbon-Montpensier (1464-1503)

Lettres italiennes de Claire de Gonzague, comtesse de Bourbon-Montpensier (1464-1503)

Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion

Histoire et littérature du Septentrion (IRHiS)

Offres

  • AideEAN13 : 9782490296316
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    14.99
La correspondance italienne de Claire de Gonzague, conservée essentiellement
dans les Archives de Mantoue, rassemble de très nombreux sujets éclectiques
qui traduisent les préoccupations publiques et privées des Gonzague et des
Bourbon-Montpensier. Si ceux-ci sont le plus souvent évoqués dans le style
informel, naturel et spontané de lettres familiales, toutefois quelques
missives sont rédigées dans une prose baroque qui s'orne d'images
hyperboliques témoignant d'une vénération pour Dieu, le roi de France et
surtout pour son frère François, héritier de la lignée princière. Ces échanges
épistolaires font état notamment de la relation particulièrement intense qui
unit la comtesse et son frère, une tendresse qui se traduit par des petites
phrases affectueuses empreintes d'une admiration qui ne se démentira jamais.
Les liens affectifs de Claire avec ses jeunes soeurs sont presque aussi vifs
et des relations très cordiales unissent les deux beaux-frères, Gilbert et
François, qu'aucun événement politique, aussi grave soit-il, ne viendra rompre
par la suite. La correspondance révèle également le jeu diplomatique joué par
la comtesse à partir de 1494, lorsque Gilbert, lieutenant-général de l'armée
française, accompagne le roi Charles VIII dans sa descente en Italie, conflit
au cours duquel son époux devra s'opposer à son frère, à la tête de la Ligue
de Venise. Ce rôle politique va s'accentuer après son veuvage, lorsqu'il lui
faudra défendre sa patrie face à la volonté de Louis XII de s'emparer des
petits États qui constituent l'héritage de sa grand-mère Valentine Visconti.
Puisse la publication de cette correspondance contribuer à éclairer cette
période confuse marquée par la première campagne d'Italie et faire connaître
cette princesse mantouane qu'un destin atypique a conduit à devenir une des
premières ambassadrices de la Renaissance italienne.
S'identifier pour envoyer des commentaires.