NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939)
Éditeur
École française d’Athènes
Date de publication
Collection
Mondes méditerranéens et balkaniques (MMB)
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

  • AideEAN13 : 9782869583665
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    30.99
« Paris m’a ouvert les yeux » écrit le sculpteur grec Apartis, élève de
Bourdelle, arrivé dans la capitale française en 1919. « C’est l’Acropole qui a
fait de moi un révolté », déclare pour sa part Le Corbusier en 1933. Nous
saisissons là l’essence même du « double voyage » : durant l’entre-deux-
guerres, intellectuels et artistes traversent la Méditerranée orientale dans
les deux sens, d’Athènes à Paris et de Paris à Athènes, chacun puisant dans ce
va-et-vient fécond ce qui lui manque : les Grecs viennent se former à Paris et
se frotter aux grands courants artistiques du moment, les Français partent en
Grèce à la recherche d’une Antiquité renouvelée et découvrent un pays qu’ils
ne soupçonnaient pas. Le poète Séféris, le romancier Théotokas, l’architecte
Pikionis, le compositeur et chef d’orchestre Mitropoulos, tous sont passés par
Paris, où deux Grecs, Christian Zervos et Tériade, jouaient un rôle
déterminant au sein des avant-gardes artistiques. Dans l’autre sens, des
personnalités aussi diverses que les architectes Ernest Hébrard et Le
Corbusier, le photographe Eli Lotar, le sculpteur Ossip Zadkine, ou encore
l’écrivain Raymond Queneau, ont trouvé en Grèce les éléments d’une autre
modernité, tandis que Roland Barthes, venu en 1937 jouer Les Perses d’Eschyle
avec les étudiants de la Sorbonne, éprouve à Athènes un trouble dont, comme
Freud, il se souviendra quarante plus tard. Le double voyage est issu d’un
programme franco-grec de recherche pluridisciplinaire qui exploite de
nombreuses sources documentaires inédites ; il offre un aperçu de la richesse
et de la variété des échanges littéraires et artistiques entre les deux pays
durant l’entre-deux-guerres et vient combler une lacune dans un domaine de
l’histoire culturelle encore très peu exploré. S’adressant aussi bien au
chercheur spécialisé, qui y trouvera une bibliographie très complète et des
données nouvelles, qu’au lecteur de bonne volonté, qui y découvrira un sujet
passionnant, il a pour ambition de devenir un ouvrage de référence pour un
public très large, en France comme en Grèce.
S'identifier pour envoyer des commentaires.