NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique, Tentative d’une archéologie du disparu appliquée au cuir
Éditeur
Publications du Centre Jean Bérard
Date de publication
Collection
Collection du Centre Jean Bérard
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique

Tentative d’une archéologie du disparu appliquée au cuir

Publications du Centre Jean Bérard

Collection du Centre Jean Bérard

Offres

  • AideEAN13 : 9782380500066
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    12.99

Autre version disponible

L’histoire des techniques et des artisanats de la Grèce antique a laissé
jusqu'ici peu de place à un matériau comme le cuir, sous prétexte du manque de
sources textuelles et iconographiques ou de leur caractère trop allusif, et
parce que les objets réalisés en peau, fourrure et cuir n’ont que trop
rarement été retrouvés en fouille. Pourtant, la collecte des sources
testimoniales (images, textes littéraires, épigraphiques, papyrologiques) –
menée non sans élargir le champ de la recherche à certains auteurs latins et
tardifs, comme les lexicographes – et, dans une proportion bien moindre, des
don- nées de terrain, articulée à une modélisation technique de la fabrication
du matériau, permet de renouveler quelque peu l’approche et de préciser ce que
furent cet artisanat et les usages des peaux et du cuir en Grèce antique, bien
que la somme réunie ici suscite également un grand nombre de questions et de
pistes qui restent non résolues. Notre enquête tente ainsi, avec toute la
prudence et la modestie que doit garder le chercheur qui travaille sur les
mondes antiques, de dresser le bilan de nos connaissances quant aux étapes de
fabrication de la matière première en matériau, fabrication relevant d’un
savoir spécifique mais qui devait trouver des degrés de réalisation très
variables. Nous passons ensuite en revue l’utilisation des peaux, fourrures et
cuir, des emplois quotidiens les plus attendus aux cas les plus particuliers.
Nous envisageons enfin l'organisation des « métiers du cuir », depuis
l'approvisionnement en peaux brutes jusqu’aux opérations de cordonnerie, et le
jugement porté sur ces activités au IVe siècle av. J.-C. à Athènes, période la
mieux documentée sur la question.
S'identifier pour envoyer des commentaires.