NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

QUERCY NOIR
Éditeur
Rendez-Vous éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Quercy Noir

Rendez-Vous éditions

Offres

  • AideEAN13 : 9791092165234
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    4.99
**Balzac ne sut que dire. Marie était sans doute en plein délire. Mais comment
Balzac pouvait-il la convaincre de quelque chose dont lui-même n’était pas
certain ?**

**— Il m’appelle tout le temps, dit encore Marie. Il appelle, je l’entends
respirer et il raccroche. Je sais que c’est lui. Il est vivant. Il n’en a pas
fini avec moi.**

**— Ce ne sont sans doute que des appels téléphoniques obscènes ou des
farces, dit-il en feignant le calme. Mais je peux demander au Bureau de
vérifier. Je peux leur dire d’envoyer une voiture de surveillance, si tu as
peur. Ils traceront les appels.**

**— Non ! dit vivement Marie. Non !**

**Balzac lui adressa un regard stupéfait.**

**— Pourquoi pas ? demanda-t-il.**

**— Je ne veux pas le mettre en appétit, dit Marie dans un murmure maladif.**

**Son état n’avait fait qu’empirer. Il comprit qu’il ne pouvait pas rester
une minute de plus dans cette maison étouffante.**

**— Je dois y aller, dit-il. Je suis désolé. Charlotte m'attend.**

**Marie saisit brusquement le poignet de Balzac avec une force surprenante,
en enfonçant ses ongles dans sa peau. Elle le fixa avec des yeux d’un bleu
glacé, si intenses qu’ils terrifièrent Balzac.**

**— Prends l’affaire, dit Marie d’un ton pressant. Trouve ce dingue ! Tue-le
pour moi !**
S'identifier pour envoyer des commentaires.