NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

L'attaque du train 921
Éditeur
OXYMORON Éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'attaque du train 921

OXYMORON Éditions

Offres

  • AideEAN13 : 9791070030608
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    0.00
La duchesse Charlotte-Adélaïde de Maubois, qui va se marier aux Indes, a pris place dans le rapide de Marseille. Elle emporte de merveilleux bijoux sur le sort desquels veille le policier Mirabel.

Ce dernier, après avoir causé au moment du départ avec un riche américain, Harry Gedworth, remarque dans le wagon un individu qu'il croit reconnaître ; mais il ne peut préciser ses souvenirs.

L'inconnu suspect s'est retiré de très bonne heure dans son compartiment. Le policier attend vainement son retour : lorsqu'il rentre enfin dans le sleeping, l'homme a disparu.

Avec « LES BANDITS DU RAIL », Georges SPITZMULLER (1866–1926) nous livre une saga policière rocambolesque et exaltante qui tient le lecteur en haleine jusqu'à son dénouement sans jamais perdre de son intérêt un seul instant.

Ce foisonnant récit aux multiples personnages et rebondissements démontre combien l'auteur maîtrisait à la fois le format, le genre et la narration.

Édité à l'origine en 1921 sous la forme de fascicules qui sont désormais introuvables, il était temps que le roman-feuilleton « LES BANDITS DU RAIL » retrouve sa fonction première, celle d'enchanter les lecteurs.

Que ce souhait de l'écrivain soit aussi vrai auprès des lecteurs d'aujourd'hui qu'il le fût avec ceux d'hier, car Georges SPITZMULLER n'avait d'autre but que celui-ci, comme le prouvent les propos du journaliste Georges BERGNER, quelques mois après la mort de l'auteur :

« Georges SPITZMULLER a contribué, pour sa part, à réhabiliter le roman populaire. Il lui plaisait de distraire un public nombreux et divers, de l'entraîner dans des aventures de tendresse et d'héroïsme, de préférer le mouvement de la phrase au fini du style, de captiver par des intrigues sans épisodes scabreux, de montrer des personnages à panache plutôt que des freluquets à veston étriqué.

Il composait dans l'allégresse, avec l'aisance que donnent la bonne humeur et le désir de séduire, sans escompter une renommée raffinée. Plusieurs de ses ouvrages révèlent des ressources d'érudition, de mesure, de goût délicat. Il aurait pu les développer, mais il mettait sa coquetterie à les suggérer simplement. La spontanéité de son imagination, la vivacité de sa plume, la souplesse de ses qualités lui ont permis d'aborder plusieurs fois le théâtre avec un certain succès. »
S'identifier pour envoyer des commentaires.