L’individu face à la société, Quelques aspects des peurs sociales dans l’Espagne du Siècle d’or
Éditeur
Presses universitaires du Midi
Date de publication
Collection
Anejos de Criticón
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’individu face à la société

Quelques aspects des peurs sociales dans l’Espagne du Siècle d’or

Presses universitaires du Midi

Anejos de Criticón

Offres

  • AideEAN13 : 9782810708154
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    4.49
Un essai pionnier pour aborder, dans leur particularité hispanique, quelques
aspects des peurs sociales dans l'Espagne des xvie et xviie siècles. Peurs
socio-collectives, d'abord. Le Juif en est le tout premier objet de fixation,
aussi bien à travers les menaces que font peser l'hérésie illuministe ou les
révélations infamantes des libelles généalogiques que dans les dangers dont
sont porteurs, pour la « Nation », les « nations étrangères » faites de
conversos mais aussi de morisques ou de protestants. Le Saint-Office, en
réalité, a fort à faire, redoublé qu'il est sur le plan civil par la Santa
Hermandad, terrifiant organisme policier et judiciaire, qui essaie bientôt de
se survivre dans une impitoyable chasse aux gitans. D'autres peurs, pourtant,
font trembler l'Espagnol du Siècle d'Or. La crainte d'un écroulement de la
société d'ordres désigne le parvenu comme la bête noire, tandis que, sur un
plan plus socio-individuel, le gentilhomme connaît les affres d'un choix de
valeurs entre loi mondaine et loi évangélique. Pour les conjurer, il trouvera
l'appui des casuistes, champions de la voie médiane, à mille lieues de la
synthèse tout à fait originale qu'élabore Thérèse d'Avila afin de répondre aux
exigences de son angoissante passion de l'honneur. Réponse très personnelle,
qui introduit à une nouvelle dimension, plus intime, de la peur : celle
qu'éprouve l'homme devant la femme, c'est-à-dire la peur de l'amour.
S'identifier pour envoyer des commentaires.