NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Les champs de la Shoah. L'extermination des Juifs en Union soviétique occupée. 1941-1944
Éditeur
Passés Composés
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les champs de la Shoah. L'extermination des Juifs en Union soviétique occupée. 1941-1944

Passés Composés

Offres

  • AideEAN13 : 9782379332036
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    15.99

  • AideEAN13 : 9782379332029
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    15.99

Autre version disponible

À la veille de l’invasion allemande du 22 juin 1941, l’Union soviétique
comptait environ 5 millions d’habitants juifs, dont plus de 2 millions furent
victimes de la politique génocidaire nazie. La plupart d’entre eux furent
fusillés au bord de fosses, tandis que d’autres périrent de la faim, du froid,
du typhus ou asphyxiés dans des camions à gaz. Ce génocide sur les terres de
l’Est se distingua par le fait que les bourreaux allèrent aux victimes, les
principales unités responsables des massacres – Einsatzgruppen, bataillons de
police, Waffen-SS, Wehrmacht – étant mobiles. Cette histoire s’ancre dans un
territoire, un quotidien, une proximité. De la forêt de Ponary au ravin de
Babi Yar, de la plage de Šķēde aux tranchées antichars de Moguilev, les
campagnes soviétiques devinrent un vaste cimetière. Ce livre est
l’aboutissement de plus de dix années de recherche. La démarche choisie est
celle d’une histoire à hauteur d’homme, dans la mesure où nombre d’individus
furent impliqués de près ou de loin dans la machine génocidaire, du bourreau à
la victime, en passant par les innombrables voisins, situés dans cette zone
grise qu’il faut encore préciser tant les comportements furent complexes.
Marie Moutier-Bitan relate ainsi la fin d’un monde : au sortir de la guerre,
des villages entiers ne comptèrent plus aucun Juif, les ronces engloutirent
bientôt les pierres tombales, puis aucune trace tangible des anciens habitants
ne subsista.
S'identifier pour envoyer des commentaires.