NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Le testament russe
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Blanche
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le testament russe

Gallimard

Blanche

Offres

  • AideEAN13 : 9782072859342
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    12.99

  • AideEAN13 : 9782072859366
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    12.99

Autre version disponible

'Cette jeune femme d’un pays si lointain où les vaches sont plus précieuses
que les femmes fait trembler ma nuit, fissurer le sol sous mes pieds et je ne
sais pas si c’est de la peur ou de la joie que j’éprouve en la voyant soulever
la pierre tombale.' À Calcutta, dans les années 1980, Tania, une jeune
Bengalie, détestée par sa mère et mise à l’écart par les adolescents de son
âge, trouve refuge dans les livres. Elle se prend de passion pour le destin
tumultueux d’un éditeur russe, fondateur des Éditions Raduga, dont la
fermeture a été ordonnée en 1930. Elle retrouve la trace de sa fille Adel,
octogénaire, dans une maison de retraite à Saint-Pétersbourg et décide de lui
écrire. Avec sensibilité et une poésie évocatrice, Le testament russe propose
une traversée du XXe siècle en suivant ces deux femmes passionnées, chacune
ayant lutté contre une forme d’oppression : celle d’une dictature sans pitié
dans une Russie qui bannissait les livres et s’acharnait contre les poètes ;
celle de la famille et de la tradition étouffante en Inde. Shumona Sinha,
fascinée par la littérature russe, fait revivre dans ce roman les milieux
littéraires des années 1920-1930. En rappelant les liens culturels et
politiques entre le Bengale-Occidental et l’Union soviétique, elle offre aussi
une réflexion sur la puissance de la langue maternelle et le désir pour une
langue étrangère.
S'identifier pour envoyer des commentaires.