En raison des circonstances actuelles, notre librairie est fermée et aucune expédition ne pourra être assurée pour une durée indéterminée.

La Grande Histoire des Français sous l'Occupation – Livre 3, Les Beaux Jours des Collabos
Éditeur
Metvox Publications
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Grande Histoire des Français sous l'Occupation – Livre 3

Les Beaux Jours des Collabos

Metvox Publications

Offres

  • AideEAN13 : 9791094787595
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    13.99
Cet ouvrage, Les beaux jours des collabos, est le troisième livre d'une série de onze ouvrages dédiés à La Grande Histoire des Français sous l'Occupation.

Ce titre n'apparaîtra pas provocateur à ceux qui connaissent toute l'importance de cette année charnière qu'est 1941, à la fois pour la Collaboration et la Résistance.

Lorsque, le 21 juin 1941, les Allemands attaquent l'Union soviétique, le collaborationnisme français, qui se nourrissait jusqu'alors d'anglophobie et d'antisémitisme, trouve une raison d'être supplémentaire : l'antibolchevisme.

La Collaboration d'État, telle qu'envisagée à Montoire lors de la rencontre Pétain-Hitler, se trouve dépassée. Le combat de l'Allemagne revêt alors, pour certains Français, l'allure d'une croisade. Ce fut le cas pour Jacques Doriot, qui après un engagement au Parti communiste, se tournera vers le fascisme en 1936 en prenant la direction du Parti populaire français. Doriot sera un partisan inconditionnel de la Collaboration avec le IIIe Reich, il participera à la création de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme et combattra sur le front de l'Est, sous l'uniforme allemand avec le grade de lieutenant dans la Waffen SS.

Marcel Déat fut une autre figure de la collaboration idéologique, à l'instar de Jacques Doriot, il était aussi issu de la gauche. Proche de Pierre Laval, il fondera le Rassemblement national populaire, parti fasciste et ouvertement collaborationniste.

À côté de la collaboration idéologique, politique et intellectuelle, naquit une collaboration économique pouvant être considérée, en partie, comme technique, car imposée par le vainqueur. Elle se manifesta bien souvent par la spoliation et le pillage du territoire national. Lors de l'épuration, elle sera beaucoup moins sévèrement sanctionnée que les autres formes de collaboration.

Parallèlement, une collaboration de circonstance vit le jour dont les motivations étaient très diverses. Elles allaient des simples relations amicales ou amoureuses entretenues avec les soldats ennemis, en passant par les dénonciations à la police ou à la Gestapo en vue de régler des comptes personnels de nature autant politique qu'économique. Cette forme de collaboration, loin d'être anodine, fut le reflet du climat de guerre civile qui régnait en France durant cette tragique période.

Henri Amouroux, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, sait mieux que quiconque donner une incarnation à l'Histoire en analysant au plus profond les ressorts de l'âme humaine.
S'identifier pour envoyer des commentaires.