NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Spectacles et désordre à Alexandrie, Dion de Pruse. Discours aux Alexandrins
Éditeur
Presses universitaires de Rennes
Date de publication
Collection
Histoire
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Spectacles et désordre à Alexandrie

Dion de Pruse. Discours aux Alexandrins

Presses universitaires de Rennes

Histoire

Offres

  • AideEAN13 : 9782753568983
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    7.99

Autre version disponible

Le Discours XXXII fut prononcé par Dion de Pruse (dit Dion Chrysostome) dans
le grand théâtre d'Alexandrie devant la foule des citoyens, sans doute sous le
règne de Vespasien. L'auteur y passe en revue les défauts des Alexandrins :
folle passion pour la musique des citharôdes, engouement pour les courses de
chevaux, propension fâcheuse du public à s'enthousiasmer et à s'agiter –
autant d'excès qui détournent les habitants de la bonne éducation (la
paideia). En utilisant des procédés qui lui sont familiers (recours aux
mythes, métaphores, citations homériques), Dion tance les Alexandrins pour
leur indiscipline et leur inconstance et délivre un message de raison, peut-
être au nom de l'empereur, afin de mettre fin à ce désordre social. Ce
témoignage, de nature politique et philosophique, contribue à éclairer
certains aspects essentiels de la vie des Alexandrins sous le Haut-Empire et,
en particulier, leur obsession des jeux et leur rapport conflictuel avec le
pouvoir. Il permet aussi de comprendre les procédés rhétoriques et
stylistiques utilisés dans la fabrique du discours. Ce livre propose une
traduction inédite accompagnée de notes et d'un commentaire qui permettent de
resituer l'importance de cet opuscule dans l'œuvre de Dion en passant au
crible de la critique les arguments de l'auteur.
S'identifier pour envoyer des commentaires.