NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Il était une fois les Urgences
Éditeur
Coëtquen Editions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Il était une fois les Urgences

Coëtquen Editions

Offres

  • AideEAN13 : 9782849933633
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    6.99
Interne en médecine en 1994, Christophe Morisset doit effectuer plusieurs stages. Le premier ne l'emballe pas du tout, puisqu'il est affecté aux Urgences d'un hôpital. Contre toute attente, il prend goût à la médecine d'urgence, au travail en équipe, aux sorties Smur. Ce stage est une révélation pour lui.
Alors qu'il se destinait à la médecine générale, Christophe Morisset va passer 22 ans aux Urgences. Gérer une vingtaine de patients en même temps, sauter dans l'ambulance Smur en cas d'alerte, être hélitreuillé en montagne, réguler les appels du 15, etc. Voilà ce que fut son quotidien pendant toutes ces années.
Même si ce n'était pas toujours facile, médecins, brancardiers, aide-soignantes, ambulanciers et infirmières arrivaient à gérer et à soigner les patients. Initialement réservés aux urgences vitales, les Urgences et le centre 15 ont vu leurs conditions de travail se dégrader dans les années 2000 avec de plus en plus d'appels et de passages dans le service. Pourquoi ? En partie pour les raisons suivantes : diminution du nombre de médecins libéraux (numerus clausus, temps partiel), vieillissement de la population, fermeture de lits et de ­services hospitaliers, apparition de déserts médicaux. Sans compter un changement sociétal dans le besoin d'immédiateté...
Dans son livre, le docteur Christophe Morisset retrace son parcours et explique pourquoi les Urgences (et l'hôpital public) vont mal et quelles solutions pourraient permettre de leur redonner un peu d'oxygène.
S'identifier pour envoyer des commentaires.