NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Les Guérillères
Éditeur
Les Éditions de Minuit
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Guérillères

Les Éditions de Minuit

Offres

  • AideEAN13 : 9782707345714
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    8.99

  • AideEAN13 : 9782707345721
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    8.99

Autre version disponible

Publié cinq ans après L’Opoponax, Les Guérillères, second livre de Monique
Wittig, vient à son heure pour souligner et fortifier notre conviction. Le
talent de cet écrivain le porte, j’allais écrire, pour notre plaisir et notre
profonde satisfaction, à faire du récit le lieu naturel de la contestation du
langage, non pas contestation abrupte et maladroite, mais contestation habile
par le biais d’une opération beaucoup plus subtile et toujours séduisante. Il
semble, en effet, que mots et phrases soient deux fois présents dans le texte
: d’abord comme les mots et les phrases de l’usage traditionnel, ensuite comme
éléments actifs de l’autodestruction. La métamorphose est très frappante dans
ce nouveau livre. Convaincante aussi, tant est sensible le renouveau des
images, et leur force. (André Dalmas, La Quinzaine littéraire, novembre 1969)
Mon but a été de faire que le elles arrive comme un choc pour le lecteur,
comme une surprise ; puisqu’elles tient tout le récit il doit s’ensuivre une
sorte de désorientation. Le lecteur entre dans un livre et se trouve confronté
avec un elles qui n’est pas familier, pas ordinaire et qui est nouveau et
héroïque. En tout cas, c’est ce qui m’a guidée et l’espoir que ce elles
pourrait situer le lecteur dans un espace au-delà des catégories de sexe pour
la durée du livre. C’est peut-être ici que réside l’utopie. (Monique Wittig,
“Quelques remarques sur Les Guérillères”,  L’Esprit créateur, hiver 1994)
S'identifier pour envoyer des commentaires.