NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Trois jours chez ma tante
Éditeur
Les Éditions de Minuit
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Trois jours chez ma tante

Les Éditions de Minuit

Offres

  • AideEAN13 : 9782707345493
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    7.99

  • AideEAN13 : 9782707345509
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    7.99

Autre version disponible

Après vingt ans d’absence, Marcello Martini est convoqué par sa tante, une
vieille dame fortunée qui finit ses jours dans une maison de retraite
médicalisée, en ayant gardé toute sa tête. Elle lui fait savoir qu’elle met
fin à son virement mensuel et envisage de le déshériter. Une discussion
s’engage entre eux et ça démarre très fort. « Comme dans un roman policier, on
reste suspendu à l’action, dans l’attente de son dénouement. C’est bien le
destin des protagonistes qui est en jeu, leur avenir, leur vie et leur mort.
Simplement, cette action, si minutieusement décrite fût-elle, sans échappée ni
digression, donne au lecteur un sentiment de forte (mais indéterminée)
inquiétude. Chef d’orchestre, Yves Ravey ne cherche à imposer aucun point de
vue – même si un lointain arrière-fond de préoccupations politiques et
sociales, morales aussi, est présent. Finalement, le charme très singulier de
son art est concentré dans la diffusion et l’organisation de cette inquiétude.
» (Patrick Kéchichian, La Croix) « À mesure que l’on accorde de moins en moins
de crédit à ce que raconte Marcello Martini, on s’accroche, car Yves Ravey,
lui, on le croit sur parole. Il donne des détails pour que l’effet de réel
soit atteint au plus vite, les petits gestes de la vie quotidienne, justes,
vécus, indéniables, comme on le dit de l’oreille, il a l’œil absolu. Pas de
fioritures, il écrit simple, court, nerveux, sec, sévère, modeste, il écrit au
bistouri, tranche là où ça fait mal. Il donne l’impression de sauter des
phrases, pour gagner du temps, mais aucune ne manque, pour couper le souffle
du lecteur, il pousse le texte vers son destin, vers sa chute, vers sa fin. Ce
n’est pas un thriller, un page-turner, comme ils disent, en français, non, il
n’y a pas d’autre suspense que la sensation fébrile de lire avec un colt sur
la tempe. Allez jusqu’au bout, vous verrez bien comment on peut jouer à la
roulette russe avec une cartouche d’encre violette. » (Jean-Baptiste Harang,
Le Magazine littéraire) Ce roman a paru en 2017.
S'identifier pour envoyer des commentaires.