LETTRE OUVERTE AUX VOYOUS
EAN13
9782869597440
ISBN
978-2-86959-744-0
Éditeur
Arléa
Date de publication
Collection
Arléa-poche (PAR 000104)
Nombre de pages
152
Dimensions
18 x 11 x 0 cm
Poids
117 g
Langue
français
Code dewey
844.914
Fiches UNIMARC
S'identifier

Lettre Ouverte Aux Voyous

De

Arléa

Arléa-poche

Offres

Cette lettre ouverte est en réalité la description d'un monde qui, désormais, n'existe pas plus que celui des personnages de La Comédie humaine. Les mours des voyous ont bien changées, et nos truands d'aujourd'hui ne semblent plus vraiment régis par le code de l'honneur cher à Simonin. Mais la force des grands écrivains, c'est de donner vie à des caractères, des destins trempés dans l'intemporel, et de faire lever dans le cour des lecteurs des émotions qui, elles, ne « passeront » jamais. Albert Simonin est un homme de haute culture qui ne s'est jamais pris au sérieux, et c'est avant tout un grand écrivain : on s'en rendra compte à la lecture de ces deux textes (suivis d'un glossaire de l'argot du Milieu). Mais si le monde des voyous fascine Simonin, c'est en premier lieu par la langue, le vocabulaire, la grammaire et la syntaxe. Depuis François Villon, le Milieu a toujours connu ses « compagnons de route », et des écrivains comme les Darien, Carco et autres Boudard ont en France leur place d'honneur à la fois dans la truanderie et dans les lettres. Ces deux fantaisies littéraires, truculentes et percutantes, méritent de rencontrer de nouveaux lecteurs, jeunes et enthousiastes, et si l'argot de ce Milieu-là peut nous sembler d'un autre âge, rien ne nous empêche de lui trouver place à côté des autres grandes « langues vertes » historiques : les jargons, jobelins, javanais, et autres verlan.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

15 mars 2012

Au sommet de l'art-go

Cet essai date de 1966, coincé entre deux écritures de scenarii, ceux de « La métamorphose des cloportes » de Pierre Granier-Deferre (1965) et du « Pacha » de Georges Lautner, starring Jean Gabin et music by Gainsbourg (1967). Coincé ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Albert Simonin