Grands travaux et maladies à vecteurs au Cameroun, Impact des aménagements ruraux et urbains sur le paludisme et autres maladies à vecteurs
Éditeur
IRD Éditions
Date de publication
Collection
Expertise collégiale
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Grands travaux et maladies à vecteurs au Cameroun

Impact des aménagements ruraux et urbains sur le paludisme et autres maladies à vecteurs

IRD Éditions

Expertise collégiale

Offres

  • AideEAN13 : 9782709918381
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    1.99
Au début du xxie siècle, le paludisme demeure la première cause de mortalité
et de morbidité au Cameroun, comme dans l'ensemble des pays de l'Afrique
subsaharienne. Mais pour tout programme de lutte de grande envergure, une
analyse de situation de l'endémie se révèle indispensable, comme le souligne
l'OMS dans sa nouvelle initiative « Faire reculer le paludisme » ou « Roll
back malaria ». C'est pour répondre à cette préoccupation qu'a été menée la
présente expertise collégiale. Celle-ci fournit une revue complète de la
littérature consacrée à l’impact des projets de développement et des grands
aménagements urbains sur l’endémie palustre et sur les autres maladies
vectorielles liées à l’eau. Au Cameroun, on constate une dilution des cas de
paludisme et de bilharziose en milieu urbain, une stabilisation du paludisme
dans l’environnement des périmètres rizicoles, de même qu’une progression des
indices onchocerquiens dans les localités proches des chutes d’eau et des
rapides ainsi que leur recul en aval, suite au changement du régime des eaux.
Mais au-delà de l’exemple camerounais, il ressort de cette expertise que dans
tout pays où sévissent les maladies endémiques liées à l’eau, la question de
l’impact sanitaire des aménagements hydrauliques et hydro-agricoles doit être
posée dès le stade de la conception d’un projet, mais également lors de sa
mise en oeuvre et pendant toute sa phase d’exploitation. Ingénieurs,
économistes, agents des services spécialisés de santé et d’éducation,
sociologues, tous les acteurs du développement doivent oeuvrer ensemble et
rester en dialogue permanent avec les communautés concernées. Telle est la
condition pour que les populations bénéficient pleinement et sans contrepartie
des retombées économiques et sociales attendues de tels projets.
S'identifier pour envoyer des commentaires.