NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

J. K. Rowling - Duetto
Éditeur
Nouvelles Lectures
Date de publication
Nombre de pages
20
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

J. K. Rowling - Duetto

Nouvelles Lectures

Offres

  • AideEAN13 : 9782374240404
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    1.99
Extrait

J'ai grandi au milieu des livres. Bien avant de savoir lire je pouvais rester des heures à contempler leurs illustrations et à m'inventer des histoires d'aventures, d'amour, de mystères. À qui voulait l'entendre, je m'amusais à réciter mes contes préférés dont j'avais appris la musique à force de me les faire lire.
Et puis vint l'âge de la lecture et la découverte de ces mondes inconnus auxquels je pouvais enfin accéder par moi-même. Très rapidement mes moments libres se transformèrent en plages d'évasion. Je consacrais des soirées, des journées entières à dévorer page après page tout ce que la littérature enfantine avait pu livrer à mon insatiable appétit qu'il fallait nourrir toujours plus. Mes week-ends étaient ainsi dédiés à la recherche de nouveaux ouvrages susceptibles d'éveiller ma curiosité. Mes parents m'accompagnaient tour à tour à la bibliothèque du quartier dans laquelle je pouvais rester des heures, allongée sur des coussins, à éplucher, soupeser, argumenter avec moi-même afin de choisir ma moisson du jour. Me retrouver dans une librairie ou chez un bouquiniste revêtait pour moi le même émerveillement que ce que d'autres enfants ressentaient en entrant dans un magasin de jouets.
Ainsi à l'âge de huit ans j'avais déjà lu avec délectation l'intégralité de l'œuvre de Roald Dahl et je m'identifiais à ma manière à la jeune Matilda dont l'histoire m'avait si bien tenue en haleine.
À dix ans, les classiques de la littérature enfantine n'avaient plus de secret pour moi, à douze, il fallut passer au rayon adulte.
Et c'est là que les choses se gâtèrent. Les livres pour enfants ont cela de merveilleux qu'ils s'attaquent aux grandes questions de l'existence : le sens de la vie, du bien et du mal, de la justice. Je n'ai pas tout de suite retrouvé cela dans les romans auxquels j'avais accès et il était bien plus difficile pour moi de faire des choix parmi ces hautes rangées de livres aux couvertures sérieuses, aux quatrièmes de couverture évasives et aux thèmes qui me paraissaient alors un peu futiles. C'est ainsi que j'ai peu à peu déserté les lieux qui m'avaient vu grandir. Je revenais bien de temps en temps emprunter un ouvrage imposé par un professeur, je me suis parfois forcée un peu, mais le cœur n'y était plus et la télévision, avec ses jeunes héros modernes, était plus attirante pour l'adolescente que j'étais devenue.
S'identifier pour envoyer des commentaires.