Mai au bal des prédateurs
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
Cadre rouge
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Mai au bal des prédateurs

Le Seuil

Cadre rouge

Offres

  • AideEAN13 : 9782021042719
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • AideEAN13 : 9782021042870
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

"... ces promenades sur le trottoir qu'il eût tant voulu éviter, pensait Petites-Cendres, mais il y avait tant d'exigences dans ce métier, disait Yinn, ne fallait-il pas s'y plier afin qu'augmente la clientèle de la nuit, celle qui assisterait aux spectacles jusqu'à l'aube, était-ce une vie, disait Geisha, de rentrer chez soi à cinq heures, de dormir deux heures avant d'aller faire son yoga sur la plage, pour dormir encore jusqu'à si tard dans l'après-midi, c'est surtout qu'avec la mort de Fatalité régnait la déprime, qui se lèverait pour les jus de fruits du matin, la mère de Yinn, bien sûr, on était si déprimé, disait Geisha, qu'on ne voulait plus rien faire, que pleurer dans ses draps, la tête sous l'oreiller..."Dans quelques phrases qui laissent entendre leur mélodie fascinante, Marie-Claire Blais suit des créatures de la nuit. Leur monde nonchalant, cruel, tourmenté reflète la tragédie de l'univers d'où leur parviennent des échos plus ou moins proches. Ce cinquième tome d'une saga commencée avec Soifs a été accueilli au Québec comme l'expression la plus haute de l'art de la grande romancière.Marie-Claire Blais est née le 5 octobre 1939. Son oeuvre a été couronnée d'innombrables prix (Médicis pour Une saison dans la vie d'Emmanuel et six fois le Prix du Gouverneur Général). Trois de ses romans ont été portés à l'écran. Souvent considérée comme la plus américaine des écrivains québécois, elle est régulièrement citée pour le Prix Nobel.
S'identifier pour envoyer des commentaires.