NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Le Petit Aigle à tête blanche
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
Cadre rouge
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Petit Aigle à tête blanche

Le Seuil

Cadre rouge

Offres

  • AideEAN13 : 9782021334746
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    11.99

  • AideEAN13 : 9782021334760
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    11.99
" J'etais devenu fou, je le savais et j'aimais ma folie. Le l'aimais d'un
amour noir, feroce et accroche solide, d'une soif de loup qui boit son sang et
le goute avec delice, a la fois pour survivre et pour contenter un orgueil
malade, triomphant, eperdu. Je l'aimais comme Alma, Fatima et Claire
cherissaient sombrement les herbes ameres bouillonnant dans leurs chaudrons,
comme Vianney qui me valait et me battait pour trouver ma tendresse, comme
Remi sa musique... Je l'aimais d'une passion qui me dechirait et m'effaçait a
la fois, qui prenait ma place, parlait pour moi. Et je me nourrissais de son
savoureux poison, comme un ogre d'une chair d'enfant au gout de lait et
d'innocence. "

Dans un pays hante par l'oubli, Aubert, mange par le meme mal, raconte sa vie
de chasse paradis. Poete tour a tour egare chez les betes et les hommes, il
traverse ce siecle, le coeur dans la bouche et du sang sur les mains,
convaincu qu'un accomplissement est possible " au milieu des arbres brules "
et, s'il caresse la folie de la main qui ne tient pas le crayon, c'est qu'il
n'a de cesse d'allumer les ames de ses pareils si lointains, " ces oublieurs
remplis de grelots et d'esperance ".


Un roman empreint d'une grandeur naive, legendaire et souvent faunesque. Un
melange fascinant ou l'on retrouve le lyrisme d'un Giono, les facettes
obscures d'un Genet, la truculence d'un Ferron.
S'identifier pour envoyer des commentaires.